Tunisie : des centaines de manifestants et touristes devant le musée du Bardo

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/03/2015 à 11H44
Manifestation mardi 24 mars 2015 devant le musée du Bardo à Tunis

Manifestation mardi 24 mars 2015 devant le musée du Bardo à Tunis

© EPA/MAXPPP

Quelques centaines de manifestants et touristes se sont rassemblés mardi à Tunis pour dénoncer l'attaque sanglante du 18 mars contre le musée du Bardo dont la réouverture au public a été reportée pour raisons de sécurité.

"Je vous accueillerai avec du jasmin"

Quelques dizaines de personnes, essentiellement des guides touristiques et des journalistes, ont pu accéder à l'intérieur de l'enceinte où se trouvent le musée et le Parlement tunisien, selon une journaliste de l'AFP sur place. Certains y chantaient et dansaient au son de tambourins. Des manifestants ont aussi ramené trois chameaux.

A l'extérieur de l'enceinte, environ 250 autres manifestants étaient rassemblés, tenant des feuilles et des pancartes en anglais proclamant "Visit Tunisia", "I will receive you with jasmine" ("Je vous accueillerai avec du jasmin", ndlr), et reprenaient en choeur des slogans comme "Tunisie libre, terrorisme dehors".

Quelques touristes qui n'avaient pas été informés du report de l'ouverture du musée étaient également présents, assurant ne pas avoir peur malgré l'attaque revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique qui a coûté la vie à 20 touristes étrangers et à un policier tunisien. "On ne nous avait pas dit que c'était reporté. Nous sommes venus visiter le musée. Non, je n'ai pas peur. Ce n'est pas plus sûr à Paris qu'ici", a déclaré à l'AFP Eliane Cotton, une touriste française.

Concert au musée de l'Orchestre symphonique tunisien et hommage aux victimes prévus dans l'après-midi 

La police a renforcé le dispositif de sécurité en installant de nouvelles barrières devant le portail permettant l'accès à l'enceinte du musée et du Parlement. La route longeant le musée a pour sa part été fermée à la circulation vers 10H30 (09H30 GMT).

L'attaque avait mis en évidence de graves défaillances des services de sécurité autour du musée et du Parlement. Les deux assaillants ont été tués mais un troisième suspect est toujours en fuite.

Le Premier ministre Habib Essid a limogé lundi plusieurs responsables de la sécurité, dont les chefs de la police de Tunis et du Bardo, après avoir constaté que le site n'était pas sécurisé lors d'un déplacement la nuit précédente. Si la réouverture au public mardi a été reportée sine die, un concert au musée de l'Orchestre symphonique tunisien ainsi qu'un hommage aux victimes sont prévus dans l'après-midi mais l'évènement ne sera ouvert qu'à des invités et aux médias.