Tintin passe l’été à Port-Leucate sur les traces des "Cigares du Pharaon"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/07/2016 à 17H29
Le visiteur est plongé dans une bande dessinée grandeur nature.

Le visiteur est plongé dans une bande dessinée grandeur nature.

© France 3

C’est l’événement culturel de l’année à Port-Leucate. Jusqu’au 10 septembre une grande exposition "Tintin", plonge le vacancier dans les aventures trépidantes du jeune reporter. Le lien entre le héros de bande dessinée et la cité audoise semble peu évident. Pourtant c’est ici qu’Hergé a trouvé l’inspiration pour son quatrième album : "Les cigares du Pharaon".

Reportage : D.De Barros / S.Bonnet / L.Chraïbi
Plus qu’une exposition, c’est une véritable plongée dans l’univers de Tintin qui est proposée tout l’été aux vacanciers de Port-Leucate. Sur les murs de l’espace Henry de Monfreid ; une bande-dessinée grandeur nature accueille le visiteur, qui pénètre littéralement dans l’oeuvre d’Hergé. Une œuvre révolutionnaire qui, la première donna à la BD une dimension d’art vivant inspiré des séquences cinématographiques.
 
Après Londres où l’exposition à la Somerset House a remporté un grand succès, c’est donc au tour de Leucate de rendre hommage à Hergé selon un angle très original, celui de la fenêtre. Elément qui permet de regarder à l’intérieur ou à l’extérieur, au loin ou au plus près, l’ouverture joue en effet un rôle essentiel dans la composition des vignettes. Une composition moderne qui a permis à Tintin de traverser le temps.
Tintin est aujourd'hui traduit dans plus d'une centaine de langues dont l'Occitan.

Tintin est aujourd'hui traduit dans plus d'une centaine de langues dont l'Occitan.

© T.Albir / EPA / MaxPPP
Aujourd’hui encore, un million d’albums sont vendus chaque année dans le monde. Des albums traduits dans plus de cent langues et dialectes. Depuis le 5 juillet les collectionneurs peuvent d’ailleurs se procurer "Les cigares du Pharaon" en occitan. Un juste retour des choses puisque l'aventurier Henry de Monfreid, dont les "Secrets de la mer rouge" ont inspiré Hergé, était originaire de Leucate. L’espace où se déroule l’exposition porte d’ailleurs son nom. La boucle est bouclée.