Stanley Kubrick à la Cinémathèque française : rencontre avec un cinéaste culte

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/04/2011 à 10H04
Stanley Kubrick à la Cinémathèque française : rencontre avec un cinéaste culte

Stanley Kubrick à la Cinémathèque française : rencontre avec un cinéaste culte

© Culturebox

Ses films ont été des succès, et l'exposition qui lui est consacrée est déjà un triomphe. Ouverte le 23 mars 2011 à la Cinémathèque française à Paris, la rétrospective Stanley Kubrick qui retrace 50 ans de carrière à travers les 13 films du réalisateur, a déjà attiré un mois plus tard plus de 30 000 visiteurs. On en attend près de 100 000 d'ici le 31 juillet. 

Décédé en mars 1999  dans son manoir britannique de Childwickbury où il vivait plus ou moins reclus, Stanley Kubrick avait - bien avant sa mort - déjà rejoint le panthéon des légendes du cinéma qui compte beaucoup d'actrices et d'acteurs mais finalement peu de réalisateurs, seuls Orson Welles ou Terrence Malick sont considérés comme de la même trempe.
En seulement une douzaine de films, l'Américain Kubrick a bâti une oeuvre sur laquelle simples spectateurs, fans absolus, historiens du cinéma et critiques continuent de s'interroger et aussi souvent, de se déchirer...
Outre sa nature notoirement secrète, Stanley Kubrick a bâti son oeuvre et son mythe via sa réputation de perfectionniste obsessionnel, accordant une attention maniaque à tous les aspects de ses films ce qui explique que leur réalisation fut souvent interminable, exaspérant ainsi les producteurs et épuisant les artistes.
Heureusement ou malheureusement, il semble qu'on ne disait pas non aux exigences du réalisateur.
Un exemple parmi beaucoup d'autres, l'actrice Shelley Duvall dut refaire plus de cinquante fois certaines prises sur le tournage de "Shining", une épreuve quand on sait ce que son personnage doit traverser dans le film. Bien que le film soit un des plus célèbres de Kubrick et le seul véritablement connu de l'actrice, Duvall déclara à plusieurs reprises que si elle avait su ce que lui réservait le tournage, elle n'aurait jamais accepté...
De son côté, Sue Lyon, l'interprète de "Lolita" a affirmé que le film avait purement et simplement détruit sa vie... Mais devant ses réticences, Kubrick objecta à la comédienne qu'on n'obtenait rien de grand sans souffrance...
Scénario, dialogues, décors, costumes, musique, éclairages, (les plans uniquement éclairés à la bougie de Barry Lyndon sont entrés de longue date dans l'histoire du Septième art), rien n'échappe à Kubrick et les rumeurs les plus folles ont toujours entouré la gestation de ses films.
Toutefois quand le réalisateur disparait à seulement 70 ans, son dernier film "Eyes Wide Shut" sort dans la plus grande perplexité, certains n'hésitant pas à parler ouvertement d'imposture...
Le cinéaste a emporté avec lui nombre de ses secrets mais outre ses films, il a laissé de nombreuses traces de leur énigmatique et laborieuse conception, c'est cela qui est à découvrir dans l'exposition présentée à la Cinémathèque.

A voir aussi sur Culturebox :
-
Festival du film policier de Beaune : entre palmarès et hommage à Claude Chabrol
- Hommage à Jean-Pierre Melville au festival Premiers plans