"Spectaculaire Second Empire" à Orsay : les coulisses de l'exposition

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/10/2016 à 17H41
Une oeuvre de Bouguereau arrive de Bordeaux

Une oeuvre de Bouguereau arrive de Bordeaux

© France 3 / Culturebox

Le musée d'Orsay accueille jusqu'au 15 janvier l'exposition "Spectaculaire Second Empire". Pour la monter, 443 oeuvres d'art ont été rassemblées pendant deux ans d'enquête et de recherches. Culturebox vous fait pénétrer dans les coulisses de la préparation de cette exposition événement qui a coûté 1 millions d'euros mais attire déjà 3000 visiteurs par jour.

Le Second Empire, une époque où les femmes riches portaient un bijou différent à chaque sortie. Une époque qui préfigure notre société du spectacle.

C'est ce que montre cette exposition "Spectaculaire Second Empire" dont le montage est, lui-même une sacrée aventure, parfois spectaculaire

Reportage de : M.Berrurier, E.Cornet, S.Pichavant, D;Arzur, C.Parys, A. Gordon-Gentil

Se projeter dans les coulisses de l'exposition c'est avoir accès à un univers très fermé. Exemple : c'est chez Mellerio célèbre joaillier de la place Vendôme que 34 parures exposées à Orsay ont été fabriquées au 19e siècle. Les acheminer jusqu'au musée demande un luxe évident de précautions. Elles sont transportées dans une caisse sécurisée et exfiltrées dans un fourgon blindé.  

C'est pas la valeur marchande qui est intéressante dans cette caisse car, même si c'est la collection de la maison, je pense que c'est la collection de tous les Français parce que c'est leur histoire aussi".

Laurent Mellerio

Ces parures extraites de leur écrin spécial au fur à mesure ont été rassemblées grâce à une enquête minutieuse menée pendant plusieurs mois pour retrouver la trace des collectionneurs et réunir ces pièces exceptionnelles. 

Parmi celles-ci un bijou ayant appartenu à la princesse Eugénie qui adorait les émeraudes "Il y en a eu deux de faits, précise Yves Badetz le commissaire de l'exposition. L'autre est fait avec un saphir".

Déménager Manet

Il faut acheminer des bijoux, mais aussi des tableaux. Une oeuvre du peintre pompier William Bouguereau est arrivée de Bordeaux. Elle est déballée sous l'oeil acéré de Béatrice Remoissenet. Le régisseur d'oeuvres d'art au Musée d'Orsay vérifie que le tableau n'a pas subi de chocs.

Pour une exposition comme celle-ci, trois équipes travaillent en permanence pour déplacer 80 tableaux et 95 objets d'art. Parmi ceux-ci un vase en porcelaine de Sèvres d'1m40 de haut. Les équipes chargées de la manutention le reconnaissent : c'est stressant.

Fait exceptionnel, l'un des tableaux star d'Orsay "Le déjeuner sur l'herbe" de Manet est lui aussi déplacé "Le tableau a été donné au musée, souligne Paul Perrin, conservateur à Orsay, avec, parmi les conditions de la donation de ne jamais être prêté à une exposition. Il quitte pratiquement pour la première fois la salle d'exposition permanente. Il attendra patiemment la fin de l'exposition le 15 janvier 2017 pour revenir à sa place de prédilection.