Roumanie : l'artiste Mircea Cantor s'invite dans l'ancien palais de Ceausescu

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/04/2013 à 09H37
Mircea Cantor à l'inauguration de son exposition "Q.E.D.", le 10 avril 2013 au Musée d'arts modernes de Bucarest, en Roumanie

Mircea Cantor à l'inauguration de son exposition "Q.E.D.", le 10 avril 2013 au Musée d'arts modernes de Bucarest, en Roumanie

© Daniel Mihailescu / AFP

Figure de l'art contemporain, Mircea Cantor a investi jeudi une partie du palais gigantesque de l'ancien dictateur roumain Nicolae Ceausescu (1918-1989) à Bucarest avec trente oeuvres, dans un face à face puissant entre le symbole du pouvoir absolu et le questionnement artistique.

"Ce bâtiment est très puissant et il a fallu de la force pour l'investir, c'est pour cela que j'ai choisi les créations les plus connues de ma carrière, des choses fortes", a expliqué à l'AFP Mircea Cantor lors du vernissage de cette exposition intitulée Quod Erat Demonstrandum (Q.E.D).

Né en Roumanie en 1977, Mircea Cantor vit et travaille en France, où il a remporté en 2011 le prix Marcel Duchamp, la plus prestigieuse distinction d'art contemporain. Ses oeuvres ont été exposées au Centre Pompidou à Paris, à Rome, Londres et Philadelphie.
File d'attente devant l'aile de l'ancien palais de Nicolae Ceausescu, devenue le Musée d'art contemporain de Bucarest, où 30 oeuvres de Mircea Cantor sont exposées (10/04/2013)

File d'attente devant l'aile de l'ancien palais de Nicolae Ceausescu, devenue le Musée d'art contemporain de Bucarest, où 30 oeuvres de Mircea Cantor sont exposées (10/04/2013)

© Daniel Mihailescu / AFP
L'exposition de Bucarest, qui durera un an (jusqu'au 13 avril 2014), est la plus vaste qui lui ait jamais été consacrée. Elle a lieu au Musée national d'art contemporain (MNAC), installé dans une aile du gigantesque palais construit par Nicolae Ceausescu dans les années 1980, la "Maison du peuple", un symbole de la folie des grandeurs du dictateur.

Le deuxième bâtiment administratif en taille, derrière le Pentagone
Des quartiers historiques entiers ont été rasés pour laisser place à ce qui est le deuxième bâtiment administratif le plus grand du monde après le Pentagone et qui abrite aujourd'hui, outre le Mnac, les deux chambres du Parlement.

Dans l'une des salles de cet imposant édifice, Mircea Cantor expose une maison de bois traditionnelle et grandeur nature construite par des artisans de la région des Maramures, au nord de la Roumanie (Threshold resigned). Non terminée et entourée d'une corde, la maison est comme en dialogue ironique avec l'architecture du palais. La politique de systématisation de Nicolae Ceausescu menait vers la destruction de l'habitat rural traditionnel.

Sur un des murs, douze femmes ont déposé des spirales de baisers avec des rouges à lèvres de couleurs différentes pour une création intitulée "DNA Kiss" (l'ADN du baiser). Les vidéos, dessins, sculptures et installations de Mircea Cantor interrogent la réalité contemporaine et les contradictions humaines. Une photo intitulée "All the directions" (Toutes directions) le montre faisant du stop avec une pancarte vierge de destination. "Cette image peut devenir une icône pour la génération d'aujourd'hui", estime le directeur du MNAC Mihai Oroveanu.
Une interview de Mircea Cantor pour artnetTV (juillet 2012)