Révélée en 1987 à Arles, Nan Goldin bouleverse à nouveau le public des Rencontres Photographiques

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/07/2009 à 11H57
Révélée en 1987 à Arles, Nan Goldin bouleverse à nouveau le public des Rencontres Photographiques

Révélée en 1987 à Arles, Nan Goldin bouleverse à nouveau le public des Rencontres Photographiques

© Culturebox

L'américaine Nan Goldin est l'nvitée spéciale des Rencontres photographiques d'Arles 2009 . Le public peut découvrir ou redécouvrir son oeuvre phare " The Ballad of Sexual Dependency", La ballade de la dépendance sexuelle. Une oeuvre forte et dérangeante qui ne laisse personne indifférent.

Pour certains, c'est une redécouverte. En effet, en juillet 1987 au Théâtre antique d'Arles, 3000 personnes assistaient à la projection sur grand écran de ces photos. A l'époque, Nan Goldin, âgé de 35 ans, était inconnue en France, mais pas seulement. Depuis 1978, les seuls lieux de projection de ce diaporama sont les bars, petits cinémas et lieux alternatifs de New-York. Vingt deux ans plus tard, Nan Goldin est devenue une figure incontournable de la photo et cela doit beaucoup à cette "ballade sexuelle" dans laquelle l'artiste a mis beaucoup d'elle même. Partie de la maison à 14 ans, traumatisée par le suicide de sa soeur, Nan Goldin a connu la drogue, l'alcool, le sida qui décima ses proches, la violence et l'amour (vache : une des photos la montre le visage tuméfié par les coups de son amant). Au delà du choc que représenta pour beaucoup ce diaporama, il a aussi permis de réhabiliter la technique de la projection en musique qui, dans les années 80, était taxé de ringard mais allait par la suite s'imposer dans l'art contemporain. A noter que pour Arles 2009, " The Ballad of Sexual Dependency" est projeté avec le groupe anglais Tiger Lillies qui joue en direct, sur les images.

-> A propos des rencontres de Arles retrouvez cet article sur le Monde.fr
-> Découvrez cette interview traduite de Nan Goldin à propos de son travail