"Renaissance du Japon" à Lyon : hommage aux héros anonymes de Fukushima

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/03/2013 à 14H51
Yamagata, 2011. L'une des photos de l'exposition

Yamagata, 2011. L'une des photos de l'exposition

© Renaissance du Japon

Depuis deux ans, le Japon vit au jour le jour les suites du drame de Fukushima. L’incroyable enchaînement de catastrophes, séisme, tsunami puis destruction de la centrale nucléaire a marqué pour longtemps les esprits. A Lyon, une exposition montée par une Japonaise et une amoureuse du Pays du Soleil Levant rend hommage aux victimes mais aussi aux travailleurs qui ont décidé de rester sur place.

D’Hiroshima à Fukushima en passant par Kobé et Minamata, l’Histoire japonaise est ponctuée de catastrophes aux origines humaines ou naturelles. Fuskushima, il y a tout juste deux ans, combine les deux. Aux ravages conjugués du tremblement de terre et de la vague géante s’est ajoutée l’horreur due à l’incurie des hommes. Celle des politiques et des industriels qui ont accepté et décidé de construire une centrale nucléaire dans une région que l’on savait exposée aux séismes et aux tsunamis.
 
C’est pourtant à des hommes, d’autres hommes, plus humbles, que s’intéresse « Renaissance du Japon », l’exposition visible jusqu’à dimanche 17 mars 2013 à la mairie de Lyon. Elle rend notamment hommage à ces héros anonymes qui ont choisi de rester travailler dans la zone contaminée afin d’assurer la sécurité des autres. Il faudra 40 ans pour que la centrale ravagée en 2011 cesse de dégager des substances radioactives.
 
L'exposition principale est accompagnée de rencontres dans d'autres mairies d'arrondissement.