Reims reçoit une importante donation d'oeuvres de Foujita

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/03/2013 à 14H52
Léonard Tsuguharu Foujita - A gauche, "Cagnes", 1918 - A droite, "Trois jeunes femmes", 1917

Léonard Tsuguharu Foujita - A gauche, "Cagnes", 1918 - A droite, "Trois jeunes femmes", 1917

© ADAGP

La ville de Reims a reçu 663 œuvres de Léonard Foujita, et possède ainsi le plus grand fonds européen de l’artiste franco-japonais. Reims a signé la donation jeudi avec les héritiers, qui font de la ville où est inhumé l’artiste un lieu de référence pour son œuvre.

"C'est l'aboutissement d'un long travail avec la dizaine d'héritiers indirects qui se sont entendus pour respecter la volonté du maître japonais qui  souhaitait que ses oeuvres soient rassemblées en un même lieu", a expliqué Serge Pugeault, l'adjoint à la culture de la mairie de Reims.
 
Reims, un lieu essentiel pour Foujita
A Reims, en visitant la basilique Saint-Rémi, Tsuguharu Foujita (1886-1968) a eu une illumination et a décidé de se convertir au christianisme. C’est là aussi qu’il a reçu son nom de baptême, Léonard, le 14 octobre 1959. A Reims, il a fait construire la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix, à laquelle il a consacré plusieurs années de travail. Il en a conçu l’architecture, les vitraux, les ferronneries, les sculptures et les fresques.
 
C’est dans cette chapelle qu’il repose, avec son épouse Kimiyo, décédée en 2009.
Léonard Tsuguharu Foujita, L'Atelier de Soutine, 1913

Léonard Tsuguharu Foujita, L'Atelier de Soutine, 1913

© ADAGP
 
La Ville de Reims était déjà dépositaire de dix œuvres de Foujita. La nouvelle donation, estimée à 1,7 million d’euros, concerne 663 œuvres dont 15 peintures, 4 vitraux, 7 verreries, 9 céramiques et plus de 600 œuvres graphiques, pour la plupart des dessins préparatoires pour la chapelle.
 
Foujita aura sa salle au nouveau Musée des Beaux-Arts de Reims

"Parmi les peintures, il y a un extraordinaire autoportrait de Foujita datant de 1922 alors qu'il débutait en France et allait devenir une icône parisienne et le dandy des Années folles surnommé ‘Foufou’, a précisé David Liot le conservateur du musée des Beaux-Arts.
 
Les principales toiles de Foujita vont être exposées dans le nouveau musée des Beaux-Arts de Reims, dessiné par le cabinet d’architectes David Chipperfield, qui doit ouvrir ses portes en 2018. Une salle de 240 m2 y sera réservée à l’artiste, où elles seront présentées en permanence, tandis que les dessins tourneront de façon thématique.
 
Autres oeuvres d'importance, une toile représentant "l'atelier de Soutine", qui souligne son appartenance à l'Ecole de Paris, ou encore deux tableaux  réalisés à Rio qui témoignent de son amour immodéré des femmes, selon David Liot.
 
La signature de la donation, entre les exécuteurs testamentaires et la maire Adeline Hazan (PS) a eu lieu jeudi après-midi. Elle devait être suivie vendredi à 10h30 d'une messe donnée en la chapelle Notre-Dame de la Paix.