"Redécouvrir Jean Moulin", préfet, résistant et artiste

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/07/2013 à 15H42
Caricature du peintre Foujita dans un dessin consacré à Montparnasse dans les années 30

Caricature du peintre Foujita dans un dessin consacré à Montparnasse dans les années 30

© Romanin / Jean Moulin

Le 8 juillet 1943 Jean Moulin, torturé par les nazis, mourrait des suites de ses blessures dans le train qui l'emmenait vers l'Allemagne. 70 ans après on célèbre le héros de la Résistance mais aussi l'artiste et grand amateur d'art. Une facette méconnue à découvrir ou redécouvrir jusqu'à fin décembre au Musée Jean Moulin à Paris

Le 70ème anniversaire de la disparition de Jean Moulin est l’occasion de valoriser les collections du Musée Jean Moulin qui se sont enrichit du legs d’une petite cousine du résistant, Andrée Escoffier-Dubois. Décédée à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, en avril 2011, elle détenait des centaines de lettres, archives et dessins.

Si on connait le préfet engagé, le héros national de la Résistance, on connait moins l’amateur d’art, le galeriste et l’artiste. Ayant rêvé d’une carrière de peintre, devenu haut-fonctionnaire plus par raison que par vocation, Jean Moulin n'a jamais cesser de s’adonner à sa passion sous le pseudonyme de Romanin. Influencé par Max Jacob et l’Ecole de Paris, il collectionne les oeuvres, en particulier celles de Soutine, Dufy ou Friesz.
Le 21 juin 1943 c'est sous l'idendité de Jacques Martel, peintre décorateur, qu'il est arrêté à Caluire.

Reportage : M.Vial, N.Berthier, E.Goldstein

Exposition "Redécouvrir Jean Moulin" - Collections inédites  du 17 avril au 29 décembre 2013 - Musée Jean Moulin à Paris