Quand la Picardie vantait ses stations balnéaires...

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/10/2009 à 10H44
Quand la Picardie vantait ses stations balnéaires...

Quand la Picardie vantait ses stations balnéaires...

© Culturebox

L'abbaye de Saint-Riquier, dans la Somme, revient en images sur l'histoire du tourisme balnéaire en Picardie. Elle expose une belle collection d'affiches vantant les mérites des séjours à Onival, Saint Quentin-Plage, le Tréport ou Mers-les-Bains.

C'est l'époque du train. Cette invention a enfin permis de s'éloigner des grandes villes et surtout, à l'époque, de Paris. En une journée, on pouvait aller plus loin que les simples frontières de son département. C'est aussi et avant même les congés payés, le moment de la naissance des loisirs. Les Parisiens qui jusqu'alors passaient quelques jours à Enghien-les-Bains ou à L'isle-Adam, pouvaient  "pousser" jusqu'à la mer. Ce fut alors la prospérité des stations picardes et normandes. C'est alors que la Côte d'Azur se rapprocha de Paris avec la ligne PLM. Puis ce fut l'Espagne et l'Afrique du Nord. On se mit ensuite à chercher le soleil en hiver et les tropiques ont gagné les coeurs.
Mais il reste toujours des amoureux du charme un peu suranné des côtes picardes et normandes. Un charme qui existait dans les affiches présentées à Saint-Riquier.
-> Les affiches et le chemin de fer