Prix Bayeux : la "douche sonore" d'un reportage radio en zone de guerre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/10/2016 à 16H10
"La guerre par le son", une exposition sonore de Radio France au Prix Bayeux 

"La guerre par le son", une exposition sonore de Radio France au Prix Bayeux 

© France 3 / Culturebox

Dans le cadre du Prix Bayeux, Radio France propose jusqu'au 30 octobre 2016 une exposition sonore sur le travail des reporters de guerre.

Le prix Bayeux présente cette année six expositions sur le métier de reporters de guerre. France Inter propose aux visiteurs une façon originale de comprendre les différents conflits mondiaux : une immersion totale et sonore grâce aux reportages des correspondants de guerre de la radio.  

Dans les isoloirs de l'hôtel du Doyen, des collégiens écoutent et commentent. "On a le son qui vient et on s'imagine des images", raconte l'un d'eux. 

Reportage : A. Huctin / S. Lemaire / K. Lepainteur

Le parcours d'un son 

Pour monter ce parcours sonore, deux rédacteurs en chef de Radio France;  Jean-Marc Four (France Inter) et Jean-Marie Porcher (Radio France) ont joué le rôle de commissaires d'exposition en se posant plusieurs questions fondamentales. Quel est le cheminement du son dans les reportages radio sur les terrains de conflit ? Comment les reporters de guerre travaillent-ils sur le son ? 

Expérience sensorielle totale

Baignés dans une cabine ou isolés avec un casque sur les oreilles, les visiteurs de cette exposition vivent cette douche sonore comme une expérience très puissante. À travers quelques exemples précis (Gaza, Irak, Iran, Libye, Centrafrique), le dispositif de l’exposition fait vivre au visiteur une expérience sonore unique. 
Prix bayeux expo radio france

© France 3 / Culturebox

Le son : toute une histoire

Au fil de la scénographie, le public découvre la fabrication d’un reportage, depuis les éléments brut de tournage jusqu’à la diffusion antenne. L’exposition raconte également l’évolution technique depuis 30 ans (téléphone, satellite, smartphone) et son impact sur le son et les conditions de tournage.