Précurseur de Cabu et Plantu, Mose, l'homme qui dessinait sans légendes, aurait 100 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/09/2017 à 11H09, publié le 04/09/2017 à 10H37
Mose aurait réalisé plus de 5000 dessins. 

Mose aurait réalisé plus de 5000 dessins. 

© France 3 / Culturebox

Il aurait eu 100 ans cette année. Moïse Depond surnommé Mose est décédé en 2003. Considéré comme le précurseur de Cabu et Plantu, il s'était spécialisé dans les dessins de presse sans légende. Armée de sa plume, il aimait faire preuve d'humour noir mais toujours pour faire réfléchir. Ses planches sont exposées à Châtellerault et à la Roche-Posay jusqu'au 17 septembre.

Né le 9 octobre 1917, Moïse Depond de son vrai nom, fait l'école des Beaux-Arts de Tour avant de devenir instituteur. Mais le crayon lui démange les doigts. Il s'installe à Paris et se lance dans le dessin de presse en 1946 et voit son carnet d'adresses s'épaissir à mesure que son trait s'affine. 

Reportage France 3 France 3 Poitou-Charentes A. Baillargé / G. Soudat / . Archives / M. Sitaud

Précurseur du dessin de presse actuel

Dans les années 50, Mose obtient sa propre page dans Paris-Match, Samedi soir et France Dimanche. Dans ces espaces de liberté hebdomadaire, le dessinateur interprète avec un oeil grinçant l'actualité, mais toujours sans légende. "Ca n'a pas du tout été facile au départ, se souvient Jean Rubak, cinéaste et ami de Mose. Le public français n'était pas habitué à ce genre d'humour".
Le peintre de Mose a bien du mal à peindre la totalité de la Tour Eiffel.

Le peintre de Mose a bien du mal à peindre la totalité de la Tour Eiffel.

© France 3 / Culturebox
Le dessinateur ne casse pas seulement les codes en vigueur, il invente à chaque dessin, une esthétique nouvelle. Grand ami de Chaval, il sera le précurseur de Cabu et Plantu. "Il a commencé par le dessin sans bulles ni paroles, qui contient en lui-même toute une histoire cocasse, rocambolesque, noire ou poétique." 
Un satyre dans une étable au moment de la traite.

Un satyre dans une étable au moment de la traite.

© France 3 / Culturebox
A partir des années 1960, le crayon de Mose croque le monde. Le dessinateur se retrouve exposé à Hambourg, Casablanca, Bruxelles ou encore Tokyo. En1990, il s'installe au Pays du Soleil Levant pour y donner des cours mais toujours en s'amusant.