Playtime, une vision artistique sur l'univers foisonnant des jeux vidéos

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/01/2014 à 12H03
Des fans des Lapins Crétins, le jeu vidéo d'Ubisoft

Des fans des Lapins Crétins, le jeu vidéo d'Ubisoft

© GUILLAUME SOUVANT / AFP

Playtime est une exposition dédiée aux jeux vidéos, conçue en Suisse et proposée à Rennes. Elle offre une interprétation artistique de ce qui paraît au premier abord un loisir.

Les jeux vidéos sont-ils des oeuvres d'art ? La question, on ne peut plus sérieuse, n'est pas encore tranchée, mais certains ont choisi leur camp.

Ainsi, en 2006, un célèbre critique de cinéma américain, Roger Ebert, s'est montré catégorique : ce ne sera jamais de l'art. Quelques années plus tard, il s'est radouci, mais reste sceptique et se tient éloigné du genre.

Le MoMA, en revanche, à New-York, est enthousiaste. Il vient d'ouvrir une section réservée aux jeux vidéos, dans un esprit de conservation, en estimant que certaines pièces sont des oeuvres dans le domaine du "design interactif". Pour l'heure, 14 jeux y sont exposés, en voici la liste : Pacman (1980), Tetris (1984, Another World (1991), Myst (1993), SimCity 2000 (1994), Vib-Ribbon (1999), The Sims (2000), Katamari Damacy (2004), EVE online (2003), Dwarf Fortress (2006), Portal (2007), FlOw (2006), Passage (2008), et Canabalt (2009).

En attendant, pour cette exposition aux Champs-Libres, il est résolument question d'art, puisque outre des jeux cultes, ce sont des interprétations artistiques de cet univers qui sont proposées, au travers de prototypes, sculptures, photographies, installations. L'ensemble a été imaginé en Suisse, à la Maison d'Ailleurs, qui est le musée de la science-fiction, de l'utopie et des voyages extraordinaires, à Yverdon-les-Bains. 
 
Le reportage de Gilles Raoult, Bruno Van Wassenhove, Didier Lefebvre :
Et pour le plaisir une vidéo d'un des premiers jeux, Space Invaders, à vous de voir si c'est de l'art ! 
Playtime, une exposition à voir aux Champs-Libres à Rennes  jusqu'au 16 février 2014.   
Playtime, l'affiche de l'exposition © DR