Picasso et Vauvenargues, une histoire d'amour au pied de la Sainte-Victoire

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/05/2009 à 10H59
Picasso et Vauvenargues, une histoire d'amour au pied de la Sainte-Victoire

Picasso et Vauvenargues, une histoire d'amour au pied de la Sainte-Victoire

© Culturebox

Le 25 mai 2009 s'ouvre au musée Granet  d'Aix-en-Provence, l'exposition "Picasso-Cézanne".  Elle raconte comment et pourquoi le peintre espagnol reconnaissait Paul Cezanne  comme l'un de ses maîtres. A cette occasion, le château de Vauvenargues, installé au pied de la montagne Sainte-Victoire, dans les Bouches-du-Rhône, ouvrira pour la première fois ses portes au public. Picasso y vécut durant six années et les lieux n'ont pas changé.

L'anecdote veut qu'en septembre 1958, Picasso  appelle son marchand d'art et lui dit : "J'ai acheté la Sainte Victoire de Cézanne". Son correspondant pense que l'artiste parle d'un tableau et demande : "Laquelle ?"...."L'original" répond Picasso. En s'installant à Vauvenargues, le peintre voulait s'imprégner du travail de Cézanne. On a le sentiment qu'il avait trouvé là une forme de sérénité et un plaisir de créer évident. Pourtant, il semble que le lieu ait été laissé quasiment à l'abandon durant près de 22 ans. Il a fallu la sortie d'un livre de Pépita Dupont (La vérité sur Jacqueline et Pablo Picasso) où l'auteure dénonçait l'état de délabrement du site, pour qu'une association du château de Vauvenargues soit créée en juillet 2008. Sa mission : faire connaitre le quotidien de Jacqueline et Pablo Picasso. Mission accomplie.