Peinture : L'Ecole de Nice expose ses différences

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/11/2009 à 12H12
Peinture : L'Ecole de Nice expose ses différences

Peinture : L'Ecole de Nice expose ses différences

© Culturebox

L'expert Marc Ottavi a regroupé les oeuvres d'une quarantaine d'artistes de l'école de Nice parmi lesquels Arman, Ben, César, Klein, Raysse, entre autres artistes prestigieux. Les oeuvres ont été exposées durant deux jours à l'hôtel des ventes de Nice, les 29 et 30 octobre 2009, avant d'être dispersées aux enchères.

Martial Raysse disait en 1965 : "Nous étions trois, nous voici dix, nous serons trois cents dans dix ans". De son côté, Pierre Pinoncelli, autre artiste rattaché à l'école niçoise, affirmait en 1997 de façon provocante que l'Ecole de Nice n'existait pas, qu'il s'agissait d' "un marigot de têtards hydrocéphales et paranoïaques". C'est probablement entre ces deux citations que se situe la vérité sur cette "fameuse" école de Nice.
Car il n'existe pas à proprement parler d'Ecole de Nice. Ceux que l'on regroupe sous cette appellation ont appartenu à des mouvements distincts dans l'histoire de la peinture contemporaine. Dans les années 50, Arman, Raysse et Klein, auxquels s'ajoute César le marseillais, participent au Nouveau Réalisme aux côtés de Niki de Saint Phalle, Spoéri ou Villeglé. Le nouveau réalisme se situe dans la droite ligne du Pop Art Américain et revendique l'héritage des surréalistes. Viennent ensuite les années 60 et le mouvement Fluxus parti des Etats-Unis et mis en pratique par des artistes comme Ben, George Brecht ou Filliou. Humour, dérision et anti-conformisme sont les mots d'ordre de ce mouvement, héritier tardif du dadaïsme. Dans les années qui suivent, le "Groupe 70" ou encore le groupe "Supports/Surfaces",  tentent de redéfinir le statut même de la peinture avec des artistes comme Dolla, Charvolen, le sculpteur Bernard Pagès ou encore Viallat. Enfin, il existe une quatrième et dernière tendance, qui n'est pas propre à l'école de Nice, et dans laquelle ont atterri tous les inclassables d'Elisabeth Mercier au groupe BP en passant par Bernard Venet et Albert Chubac. L'Ecole de Nice n'est donc pas "une", mais elle regroupe un ensemble d'artistes et d'époques, qui ont tous en commun quelques caractéristiques. Géographiques d'abord, puisque tous ont exercé leur art dans la région niçoise. Doctrinales, car tous ces artistes se sont tenus à l'écart des académismes et des conventions. Expérimentales aussi , puisqu'ils ont cherché à inscrire leurs oeuvres dans des problématiques contemporaines.Créatrices enfin, tous ayant été initiateurs de mouvement artistiques et non des suiveurs. Pour le reste, il faut se référer à cette phrase de l'artiste Vivien Isnard : "L'Ecole de Nice ? Il me semble que ni la science, ni la religion n'ont, jusqu'à présent, apporté de réponse ".