Paul-Louis Cyfflé, orfèvre de l'argile, à l'honneur à Baccarat

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/03/2010 à 17H50
Paul-Louis Cyfflé, orfèvre de l'argile, à l'honneur à Baccarat

Paul-Louis Cyfflé, orfèvre de l'argile, à l'honneur à Baccarat

© Culturebox

Le sculpteur Paul-Louis Cyfflé est à l'honneur jusqu'au 27 mars dans une exposition proposée à l'Hôtel de ville de Baccarat jusqu'au 27 mars 2010. Intitulée "Cyfflé, orfèvre de l'argile" elle rend hommage à cet artiste qui connut son heure de gloire au 18ème siècle mais dont l'oeuvre est aujourd'hui un peu tombée dans l'oubli.

Paul-Louis Cyfflé n'est pas un "vrai" lorrain puisqu'il est originaire de Bruges mais c'est à Lunéville, où il s'installa en 1746, à l'âge de 22 ans, qu'il fit l'essentiel de sa carrière. A l'époque, le roi de Pologne et duc de Lorraine recherche des artistes pour ses constructions. Ce fils et neveu d'orfèvres travaillera d'abord à l'atelier de Dieudonné Barthélémy Guibal, qui possède alors le titre de "sculpteur et architecte ordinaire du roi". C'est là que Cyfflé participera à la création de la statue de Louis XV et réalisera la fontaine de la Place de l'Alliance. Puis il crée sa propre manufacture à Lunéville en 1758. Sa célébrité, il la doit à son utilisation de la Terre de Lorraine, une pâte très blanche, proche de la porcelaine, mise au point par ses soins et dont la finesse était remarquable. Elle rivalisait alors avec les "biscuits" de la Manufacture de Sèvres. Comment expliquer l'oubli dans lequel cet artiste tomba ? Peut-être au fait qu'il dût quitter la France en 1777, faute de commandes (une désaffection qui toucha tous ses confrères après la mort de Stanislas) et retourner en Belgique où malgré ses efforts, il ne retrouva pas le succès rencontré en France.

Voir aussi sur Culturebox :
> Toutes les vidéos sculpture