Ouverture du Musée Vodou de Strasbourg : voyage au pays des fétiches

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/01/2014 à 17H30
Crânes de sorciers Bonoko - Collection Arbogast

Crânes de sorciers Bonoko - Collection Arbogast

© FREDERICK FLORIN / AFP

C’est une collection unique en Europe qu’on voulut partager Anne-Luce et Marc Arbogast. Amoureux du continent noir, ils ont ramené de leurs voyages une exceptionnelle collection d’objets du culte vodou africain Ils ont inauguré il y a quelques semaines leur musée, exclusivement consacré à ce rite. Voyage au pays des fétiches pour découvrir cette religion bien vivante et aller au-delà des clichés

C’était un vieux rêve du couple Arbogast, faire découvrir au public le vodou africain à travers leur incroyable collection d’objets de culte. Un millier de fétiches, d’amulettes ou encore d’asen, glanés durant 40 ans au fil de leurs pérégrinations africaines, principalement au Togo et au Bénin, considéré comme le berceau du vodou.
Pour exposer ce fonds exceptionnel, Marc Arbogast, ancien PDG des Brasseries Fischer et Adelshoffen a racheté près de la gare de Strasbourg un ancien château d’eau construit en 1878 et classé monument historique.

Reportage : J.Gosset, T.Sitter

Le vodou tel que nous le connaissons aujourd’hui est né dans la deuxième partie du XVIIe siècle au Dahomey, l’ancien nom du Bénin, et s’est étendu au Togo, au Ghana et à une partie du Nigeria. Une religion animiste traditionnelle bâtie autour des forces de la nature (la terre, le feu, l’air et l’eau) et du culte des ancêtres. Mais pour beaucoup c’est aussi une culture, un pouvoir, une médecine, une philosophie, et bien plus encore. Bref un art de vivre.

Marc Arbogast présentant une des pièces de sa collection

Marc Arbogast présentant une des pièces de sa collection

© FREDERICK FLORIN / AFP

Avec la traite négrière (deux importants ports d’embarquement d'esclaves se trouvaient au Bénin à Ouidah et Grand-Popo), le culte vaudou va se propager dans les Caraïbes (notamment en Haïti), aux Etats-Unis (Louisiane) et au Brésil. Le Brésil où le vodou connaît une véritable renaissance depuis une vingtaine d’année notamment dans la région de Salvador de Bahia, très marquée par l’héritage africain.

Le terme de « vodou » s’écrit « vodoun » au Bénin, « vaudou » en Haïti et « voodoo » en Louisiane ou subsistent quelques adeptes. Des noms différents pour des pratiques différentes qui ont évoluées en fonction du contexte local. Le vodoun béninois est ainsi différent du vodou togolais, du vaudou haïtien ou du voodoo de Louisiane. 

Danse rituelle lors d'une cérémonie vodou au Bénin

Danse rituelle lors d'une cérémonie vodou au Bénin

© EMILIE CHAIX / PHOTONONSTOP

Aujourd’hui certains spécialistes estiment qu’il y aurait dans le monde 200 millions de pratiquants, toutes variantes confondues. En Afrique, ce sont principalement les peuples Ewé et Mina du Togo et Fon du Bénin qui pratiquent le vodou. Les Yoroubas du Nigeria pratiquent eux le culte des Orishas, très proche du vodou.  

Cérémonie vodou au Togo

Cérémonie vodou au Togo

© FRANCK CHARTON / HEMIS.FR

Au Bénin, la mère-patrie du vodoun comme aiment à le rappeler les Béninois, des chiffres officiels datant de 2002 recensent 17% d’adeptes du vaudou, pour 39% de catholiques et protestants et 24% de musulmans. Mais la réalité est tout autre et le culte vodou beaucoup plus répandu. Il est omniprésent dans la vie de la plupart des Béninois même s'ils pratiquent aussi une religion monothéiste. Il n’est pas rare de voir des catholiques ou des musulmans qui disposent de leur petit temple vodou à l’arrière de leur maison. Certains vous diront qu'ils sont avant tout "vodouisants" et ensuite catholiques ou protestants.

Au Bénin cet homme "nourrit" le fétiche qui protège la maison familiale

Au Bénin cet homme "nourrit" le fétiche qui protège la maison familiale

© FRANCK CHARTON / HEMIS.FR

Beaucoup font appel au vodou aux différentes étapes de leur vie mais aussi au quotidien pour s'attirer les bonnes grâces de telle ou telle divinité dans leur vie personnelle et professionnelle ou réparer une offense. Et nombreux sont ceux à porter autour du cou ou de la taille des amulettes et autres talismans fabriqués spécialement par les prêtres vodou, souvent des petits sacs de toile ou de cuir contenant tout un tas de choses.

Et pour se procurer les produits nécessaires au prêtre, il faut se rendre sur les marchés des féticheurs. Le plus célèbre de la sous-région se trouve à Lomé au Togo. On y trouve des statuettes, des écorces d’arbres, des plantes, des bouteilles contenant de mystérieuses poudres, des plumes de tout genre, des peaux de reptiles, d’animaux sauvages ou de poissons, des ossements d’oiseaux, des crânes de chiens, de buffles, de phacochères, de crocodiles ou encore de singes. Tout, même des ossements humains, vendus dans le plus grand secret.

Stand au marché des féticheurs de Lomé (Togo)

Stand au marché des féticheurs de Lomé (Togo)

© PASCAL DELOCHE / GODONG / PHOTONONSTOP
Têtes de chats sur un étal du marché Dantokpa à Cotonou (Bénin)

Têtes de chats sur un étal du marché Dantokpa à Cotonou (Bénin)

© PIERRE-PAUL FEYTE BIOSPHOTO

Des pratiques qui sont difficilement compréhensibles pour nous autres occidentaux et qui ont au fil des siècles alimenté tous les fantasmes concernant le vodou. Une image négative largement véhiculée par le cinéma et la littérature qui présentent le vodou comme un culte maléfique, fait de magie noire et de sacrifices humains. Mais la réalité est tout autre, planter des aiguilles dans une poupée à l'effigie de son ennemi pour lui nuire cela n'existe pas.   

Jane Seymour et Geoffrey Holder qui interprète le Baron Samedi, représentation d'un esprit du vaudou haïtien, dans le 8e opus de James Bond "Live and let die" réalisé en 1973 par Guy Hamilton

Jane Seymour et Geoffrey Holder qui interprète le Baron Samedi, représentation d'un esprit du vaudou haïtien, dans le 8e opus de James Bond "Live and let die" réalisé en 1973 par Guy Hamilton

© SCREEN PROD / PHOTONONSTOP

Au Bénin par exemple, le vodou a été interdit dans les années 70 par le régime marxiste de Mathieu Kérékou qui le comparait à de la sorcellerie. Depuis l'avènement de la démocratie au début des années 90 le vodou a retrouvé sa place et a désormais sa fête nationale célébrée le 10 janvier et à laquelle ne manquent pas de participer les représentants de l'Etat. Signe de la bonne cohabitation entre la religion traditionnelle et les religions "officielles", lors de sa visite au Bénin en novembre 2011, le pape Benoît XVI a été reçu par les plus hauts dignitaires vodou au Temple des Pythons à Ouidah, en quelque sorte la basilique Saint-Pierre des vodouisants.   

Pour aller plus loin vivez une consultation chez un prêtre vodoun de Cotonou grâce à ce sujet d'Arte

Et puis cet excellent reportage audio de RFI "Sur les traces du vodou" au Bénin et au Togo.

 

Musée Vodou
Rue de Koenigshoffen
67000 Strasbourg
+33 (0)6 01 22 12 53
Ouvert les vendredis, samedis et dimanches sur réservation