Nuit Blanche : une "quête amoureuse" sur la Seine le 1er octobre 2016

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/09/2016 à 08H47
Affiche de la Nuit Blanche 2016 signée Fabrice Hyber 

Affiche de la Nuit Blanche 2016 signée Fabrice Hyber 

© Fabrice Hyber

Un "tourbillon" d'eau signé Anish Kapoor, des "nymphes" du Crazy Horse, une parade navale sont quelques-unes des dizaines d'oeuvres, performances et installations artistiques qui émailleront samedi 1er octobre le parcours en forme de "quête amoureuse" de la prochaine Nuit Blanche à Paris, le long de la Seine.

Une quarantaine de projets artistiques le long du fleuve et une centaine d'autres dispersés dans la ville composent le programme, présenté mardi à la presse, de cette manifestation d'art contemporain publique, gratuite et nocturne organisée par la Mairie de Paris depuis 2002.

Anne Hidalgo a salué une "proposition artistique et onirique sur la Seine (...) ce ruban qui permet des espaces de respiration". "Nous sommes en train de retrouver ces espaces de respiration", a ajouté l'élue socialiste en dénoncant cette "forme d'indignité à traverser de façon violente, avec une  autoroute urbaine, un paysage aussi magnifique que celui-ci". La maire faisait allusion à la piétonisation des voies sur berges rive droite qu'elle met actuellement en place.

Jean de Loisy, directeur artistique de cette 15e édition et président du Palais de Tokyo, a expliqué que le fleuve avait "été considéré comme une phrase. Et cette phrase, ce sont les 1000 histoires que Paris raconte". Le parcours s'organise d'est en ouest, reliant le Paris médiéval au Paris de demain hors de ses frontières. Il suit la "quête amoureuse" de Poliphile -héros d'un roman italien du XVe siècle- à la recherche de sa bien-aimée Polia. 
Jean de Loisy, directeur artistique de cette 15e édition de la Nuit Blanche et président du Palais de Tokyo

Jean de Loisy, directeur artistique de cette 15e édition de la Nuit Blanche et président du Palais de Tokyo

© CITIZENSIDE / patrice pierrot / citizenside
Les fenêtres de l'Hôtel de Ville s'animeront de vidéos de visages multiples. Une parade "sportive" et fluviale sera orchestrée par l'artiste Fabrice Hyber avec une trentaine de bateaux. L'artiste britannique Anish Kapoor imaginera un "tourbillon" d'eau à la pointe du square du Vert-Galant. Son compatriote Oliver Beer va capter les sons sous le Pont des Arts pour un concert animé d'un halo de lumière. Des bûcherons débiteront des coeurs de bois sur le Pont d'Arcole. Dans le jardin du Petit Palais, des "nymphes" du Crazy Horse "viennent en aide au héros" alors que l'étoile Marie-Agnès Gillot dansera un "Boléro" de Ravel au théâtre des Champs-Elysées co-écrit avec des prisonniers. 

Des navettes fluviales, gratuites jusqu'à 5h00 du matin, permettront accéder aux "jardins sonores" de Tobias Rehberger, sur l'île Saint-Germain, à Issy-les-Moulineaux, fin du parcours.

Le parcours pourra être effectué de manière quasi continue à pied avec des déambulations organisées, pour éviter les files d'attente. Une partie des lignes 1 et 9 du métro seront ouvertes toute la nuit et gratuites. Le budget accordé par la Ville est identique aux éditions précédentes, à 1,2 million d'euros, complété par 1,1 million de mécénat. La Nuit Blanche parisienne a été reprise, à des dates variables, par une quarantaine de villes à l'étranger.