New York : une exposition d'art au Musée du 11 Septembre, quinze ans après les attentats

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/09/2016 à 15H03
L'artiste Eric Fischl pose près de son oeuvre "Tumbling Woman", statue représentant une femme tombant à terre, la main tendue.

L'artiste Eric Fischl pose près de son oeuvre "Tumbling Woman", statue représentant une femme tombant à terre, la main tendue.

© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

A l'occasion du quinzième anniversaire du 11-Septembre, le musée dédié aux attentats à New York a fait entrer l'art dans ses murs, pour raconter autrement le souvenir de cette journée. L'exposition "Rendering the Unthinkable" ("Traduire l'impensable") abritant 13 oeuvres d'artistes de New York qui ont vécu les événements, ouvrira ses portes le 12 septembre.

Une exposition, "Rendering the Unthinkable" ("Traduire l'impensable") s'y ouvre le 12 septembre, au lendemain de la date anniversaire, avec treize oeuvres d'artistes locaux reconnus, présentant peintures, vidéos ainsi qu'une sculpture. Tous ont en commun d'avoir vécu, chacun à leur façon, les attentats. L'un d'eux y a même perdu un frère pompier, dont le corps n'a jamais été retrouvé.

Empathie

Mais n'attendez pas de toiles violentes ou de représentations douloureuses. L'art a fait son chemin dans les souvenirs, apaisé la souffrance et apprivoisé l'histoire, désormais partie de l'ADN new-yorkais. Certains, comme Ejay Weiss, ont utilisé des cendres de Ground Zero pour les incorporer à quatre peintures à l'acrylique, qui subliment le chaos, avec en leur centre des carrés de ciel bleu : celui dont se souviennent encore les New-Yorkais le matin de l'écroulement des tours jumelles qui avait tué 2.753 personnes.
L'artiste Ejay Weiss près de ses oeuvres accrochées à l'exposition "Rendering the Unthinkable" au Musée du 11 Septembre de New York

L'artiste Ejay Weiss près de ses oeuvres accrochées à l'exposition "Rendering the Unthinkable" au Musée du 11 Septembre de New York

© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Quelques jours après le 11 septembre 2001, Manju Shandler avait elle commencé à peindre des pièces de 10 cm sur 22, pour représenter chacune des victimes des attentats. "Au début on ne savait même pas combien elles étaient", se souvient-elle. Elle en peindra près de 3.000, dont 850 sont rassemblées en une immense fresque dans le cadre de l'exposition. Certaines représentations sont directement nourries de photos des victimes. D'autres vignettes sont plus stylisées, montrant un homme aux cheveux en feu, une silhouette, un serpent... "Il n'y a pas de corrélation directe avec chacune des victimes",  reconnaît-elle. Il lui a fallu trois ans pour finaliser son projet. "C'était une façon de dépasser la peine, c'était cathartique", explique-t-elle. Elle se dit très  honorée de faire partie de l'exposition. "L'art apporte un sentiment d'empathie, il ne parle pas à la même partie du cerveau".

Compositions éthérées

Christopher Saucedo avait deux frères pompiers, l'un d'eux disparu à jamais dans l'effondrement des tours. Sculpteur, il travaillait avec de l'acier et autres métaux lourds. Mais pas question pour lui, après le 11-Septembre, de travailler avec les mêmes matériaux que ceux des carcasses suppliciées du World Trade Center. Il a pressé du lin blanc sur des rectangles de papier mâché bleu, et de là sont nées des compositions éthérées, presque réconfortantes, où semble flotter le World Trade Center.
Christopher Saucedo près de ses oeuvres. 

Christopher Saucedo près de ses oeuvres. 

© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Dans l'exposition, figure aussi une vidéo du collectif Blue Man Group, inspirée des feuilles de papier, lettres, et autres documents qui après les attentats avaient volé jusque dans leur cour à Brooklyn. Et une statue de bronze d'une femme tombant à terre, la main tendue, se  veut un hommage aux morts et aux vivants.

"Intime et limitée", l'exposition est un "contrepoint" au didactisme du musée

Cette fenêtre sur l'art né du 11-Septembre a été pensée comme "un contrepoint" au reste du musée, explique Alice Greenwald, sa directrice. Autant le musée est historique, didactique, racontant l'histoire de la  journée et celles des gens qui l'ont vécue ou y sont morts, autant "Rendering the Unthinkable" est "intime et limitée". "C'est un espace très contemplatif",  précise-t-elle à l'AFP, lors d'une visite organisée pour la presse.

L'exposition offre "une autre façon de se souvenir des événements d'il y a 15 ans" et des émotions vécues. Depuis son ouverture en mai 2014, le musée du 11-Septembre, construit sur  le site même des attentats dans le sud de Manhattan, a accueilli presque 7 millions de visiteurs, selon son président Joe Daniels.