Naples manifeste pour sa Cité des sciences

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/03/2013 à 12H46
La Cité des sciences de Naples en feu (5 mars 2013)

La Cité des sciences de Naples en feu (5 mars 2013)

© Controluce / AFP

Des milliers de Napolitains ont convergé dimanche matin vers les ruines de la Cité des sciences, ravagée par les flammes au début de la semaine. Alors que la ville est encore sous le choc, on pense déjà à la reconstruction de l’établissement, qui était une des fiertés de ses habitants

En tête de cortège, des centaines d’enfants des écoles de Naples scandaient « Nous voulons retrouver la Cité des sciences », a rapporté la Rai. Le maire Luigi de Magistris s’est joint à la foule, promettant qu'on allait reconstruire le musée, "parce que c'est avec la culture qu'on combat le mal et la criminalité", selon La Repubblica.

Un flash mob était organisé à midi devant le siège de l’établissement. Des centaines de personnalités du monde du spectacle ou des lettres et des anonymes ont crié 60 fois en une minute : "Basta" (ça suffit), dans un envol de ballons blancs.

Quant à la communauté scientifique, mobilisée pour la Cité des sciences, elle avait organisé une conférence de presse.
 
Un grand musée scientifique détruit
La « Citta della Scienza » de Naples, inaugurée en 1996, était un musée interactif, à but pédagogique, conçu sur le modèle de la Cité des sciences et de l’industrie de Paris. Elle disposait aussi d’un centre de congrès. Elle était un symbole d'une certaine idée du renouveau de la grande ville du sud de l'Italie, dans les années 1990, et employait environ 160 salariés pour recevoir en moyenne 350.000 visiteurs par an.
 
Il s'agissait d'un des deux grands musées scientifiques d'Italie, et parmi les plus importants d'Europe du Sud. Elle avait été bâtie dans le cadre d'un plan de revitalisation de l'ancienne zone industrielle de Naples.
 
La piste criminelle se confirme
Dans la nuit de lundi à mardi, la Cité des sciences de Naples a été réduite à une coquille vide : seuls les murs, qui étaient ceux d’un ancien bâtiment industriel du XIXe siècle réhabilité, n’ont pas été transformés en cendres, après le gigantesque et impressionnant incendie qui l’a ravagée.

Les résultats des premières analyses de matériaux prélevés sur place devraient être publiés lundi ou mardi. Mais l'origine criminelle semble se confirmer, des matières inflammables ayant été retrouvées, rapporte La Repubblica.

De nombreux Napolitains soupçonnent la mafia d’être à l’origine de la destruction.
 
La Cité des sciences devrait être reconstruite dans le même quartier de Bagnoli, a indiqué le maire samedi au quotidien.
 
Les autorités ont promis de la rebâtir très rapidement, avant dix-huit mois selon le ministre de la Recherche scientifique Francesco Profumo. La région et Rome ont déjà commencé à rassembler les fonds pour lancer les travaux.