Polémique autour d'un concert de David Guetta à Marseille

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 09/02/2013 à 11H50, publié le 09/02/2013 à 11H47
David Guetta, en juin 2012 à Berlin.

David Guetta, en juin 2012 à Berlin.

© Frédéric Lafargue / AFP

David Guetta se produira en juin prochain à Marseille, dans le cadre de Marseille 2013. Pour cet évènement, la municipalité, dirigée par Jean-Claude Gaudin, a déboursé 400.000 euros. Et le Parc Borély a été mis gracieusement à disposition. Pourtant, les places seront vendues entre 44 et 59 euros. Certains considèrent cette subvention comme un scandale et demandent des comptes.

Marseille capitale européenne de la Culture tient un de ses évènements festifs majeurs : le 23 juin 2013, David Guetta, le Dj star que toute la planète nous envie, viendra transformer le Parc Borély de la Cité Phocéenne en plage d'Ibiza. Mais pas pour rien. 

Un financement colossal qui passe mal
Selon le site Marsactu, 400.000 euros de subvention ont été débloqués par la mairie pour financer l'évènement. Le site, selon lequel la décision de financement a été prise le 10 décembre en conseil municipal,  s'appuie sur la publication d'une convention passée entre la mairie et Adam Concerts, organisateur de l'évènement. 

A noter qu'Adam Concerts était déjà aux commandes en 2000 pour le concert de Johnny Hallyday pour lequel la municipalité phocéenne avait déboursé 1,5 million de francs (bien francs et pas euros) et les spectateurs 100 francs par place. Trois fois moins que le prix prévu pour Guetta en juin prochain.

"La Mairie fait état d’une capacité de 23 610 personnes pour cette partie du lieu public. À raison de 44 euros par tête, 59 pour les VIP, l'exclusivité sur les buvettes et le merchandising, l'évènement avait-il besoin de l’aide financière de la ville pour être rentable ?", demande le site.

Et puis, si David Guetta n'est pas en cause, une petite aigreur se fait jour concernant cet artiste star, le mieux payé en 2011, et dont les cachets tournent autour de 100.000 euros l'heure. A comparer aux centaines d'artistes dans la précarité et aux dizaines de petites salles et de petites scènes contraintes ces derniers mois de mettre la clé sous la porte.

L' équation en tout cas ne passe auprès de nombreux Marseillais. Et depuis quelques jours, la polémique enfle sur internet.

Un groupe Facebook de protestation
Leader de la fronde, Dj Oil, de son vrai nom Lionel Corsini, figure de la scène électronique marseillaise, a monté un groupe Facebook baptisé "Commando anti 23 juin Marseille". Samedi matin, la page comptait plus de 5.500 membres.

Que conteste-t-il ? L'utilisation déraisonnable de l'argent public et la mise d'une somme colossale pour accueillir "un mec qui vient avec 2 clés USB", ôtant le pain de la bouche "à des artistes qui en ont vraiment besoin", explique-t-il sur Marsactu

Dans une mise au point publiée vendredi sur la page Facebook de "Commando anti 23 juin Marseille", Lionel Corsini tient à préciser qu'il ne s'agit en rien d'"un groupe anti-Guetta". "Ce groupe a été créé pour que cessent des subventions colossales pour des évènements qu'ils soient musicaux ou pas et qui gardent un prix d'entrée anormalement élevé".

Ce qu'il préconise ? "Faire annuler cette subvention. Point final. Voilà le vrai but de la manoeuvre", écrit-il, "et faire comprendre à la mairie que nous sommes en droit de demander des comptes". "Un certain nombre de failles (juridiques) et de documents en ma possession vont aider" à faire avancer cette cause, assure-t-il. De fait, les conditions d'attribution de ce financement public méritent semble-t-il quelques éclaircissements.