Avec "Les Fervents", Maylis de Kerangal ausculte l'OM

Par @Culturebox
Publié le 22/01/2013 à 14H15
L'écrivain Maylis de Kerangal, ici en 2010.

L'écrivain Maylis de Kerangal, ici en 2010.

© François Guyot / AFP

Football et littérature se mélangent peu. Invitée par les organisateurs de Marseille 2013 à venir explorer le territoire de l'OM, Maylis de Kerangal, Prix Médicis 2010, s'en est emparée avec bonheur. Fruit d'une résidence de 48h en novembre à la Commanderie (le centre d'entraînement de l'OM), elle a écrit "Les Fervents", une nouvelle en quatre épisodes.

"J'ai passé peu de temps à la Commanderie, pas assez pour prétendre bien connaître le club", explique l'écrivain à l'AFP. "Alors j'ai regardé le territoire, ce qu'il y a autour, ce couvent. J'ai aussi regardé les supporteurs, des gens d'une sociologie très disparate. Je voulais voir comment le foot infuse",  ajoute l'auteur, qui a déjà mis en scène Marseille dans "Corniche Kennedy",  publié en 2008.

Marseille entretient "un rapport panthéiste au foot"
"Je me suis demandé où l'on était, dans ce lieu bunkerisé (la Commanderie) où le portail d'entrée est disproportionné par rapport à la taille de la route. Tout cela m'a permis de connecter avec le thème de l'Olympe, de la ferveur".

Née à Toulon puis élevée au Havre, l'éditrice devenue écrivain apprécie Marseille "car peu de villes délivrent un tel imaginaire dans sa part  fictionnelle. Elle est un peu inégalable. C'est un creuset, dévolu à la fiction  et dont l'OM fait partie".

"Il y a ici un rapport panthéiste au foot, qui envahit la ville et la vie",  analyse-t-elle. Pigiste éphémère pour le magazine décalé "SoFoot", l'auteur de "Naissance d'un Pont", couronné du Médicis en 2010, estime que "passer une bonne soirée en  famille, c'est aussi regarder un bon match".

Pourquoi si peu de romans sur le foot ?
Maylis de Kerangal s'étonne d'ailleurs du peu de présence du football dans la littérature. "Quand on voit la place qu'occupe le foot dans la vie et sa place  extrêmement réduite dans la production romanesque... Je ne pense pas que ce soit lié à de la condescendance de la part des auteurs", relève l'écrivain, qui cite François Bégaudeau parmi les auteurs récents qui s'y sont aventurés.

Le foot, "c'est trop de héros, d'épopées, il faut voir comment en dire quelque chose d'intelligent. Les auteurs sont intimidés et démunis", analyse-t-elle. En ce qui la concerne, elle adorerait "écrire le roman de la vie de l'Ivoirien Didier Drogba ou du Croate Dado Prso, ces footballeurs qui ont connu le déracinement ou la guerre".

"Les Fervents, épisode 1" dans La Marseillaise
"Les Fervents, épisode 2" dans La Marseillaise
"Les Fervents, épisode 3" dans La Marseillaise

Durant toute l'année Marseille 2013 Capitale européenne de la Culture, onze autres auteurs, comme Claudine Galéa, à Salon-de-Provence, ou Serge Joncour à La Ciotat, seront en résidence sur d'autres lieux du terriroire provençal.