15 artistes pour une belle "Suite Méditerranéenne" à Aix en Provence

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/02/2013 à 11H31
Abdelwahab Meddeb (Tunisie),  L’Acte, 2012 - Extrait vidéo de Viviane Vagh 

Abdelwahab Meddeb (Tunisie),  L’Acte, 2012 - Extrait vidéo de Viviane Vagh 

© Photo M. Chassat

Dans le cadre de Marseille Provence 2013, le musée Granet d'Aix-en-Provence invite jusqu'au 13 avril quinze artistes de la zone euro méditerranéenne à livrer leur vision de ce territoire commun. Intitulée « Cadavre exquis – Suite Méditerranéenne », cette exposition s’est construite sur des échanges entre des plasticiens d’origines et de techniques très différentes.

 Le parti-pris du musée Granet était ambitieux : bâtir un projet commun entre des artistes très différents  mais issus d’un même territoire plutôt que de vouloir à tout prix chercher une vision commune de la culture méditerranéenne. D’où l’idée de reprendre la pratique inventée par les surréalistes, à savoir les cadavres exquis, dans laquelle chaque participant compose une œuvre (mot ou dessin) dans la suite d’une autre mais sans en avoir pris connaissance. De cet assemblage inattendu et inconscient naît une création qui a un sens.

Sigalit Landau  (Israël), Soil Nursing, 2012 

Sigalit Landau  (Israël), Soil Nursing, 2012 

© Sigalit Landau

Peintres, sculpteurs, vidéastes, photographes, écrivains, poètes, musiciens, au total ce sont quinze artistes (dont 6 femmes) de quatorze pays (Algérie, Chypre, Egypte, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Liban, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie, Turquie) qui furent invités à créer chacun une œuvre.

A l’origine, le projet prévoyait que des liens se tissent entre eux de manière libre et que la création de l’un répondre à celle de l’autre, pour créer une œuvre collective et évolutive. Seulement voilà, le temps imparti pour faire aboutir cette idée était trop court. Mais l’idée d’une diversité de création est restée avec un objectif décrit par Bruno Ely, Conservateur du musée Granet : « Au lieu de sans cesse mettre en exergue ce qui sépare, coupe et tranche unilatéralement, il s’agit de favoriser ce qui rapproche et permet d’être avec l’autre dans  un même monde, qui doit être assez grand et fécond pour tous ». Un objectif simple, humain et universel. Du moins devrait-il l’être. Et les artistes sont là pour nous le rappeler.

Carmen Calvo (Espagne) El rostro, 2011, (150 x 127 cm) : portrait d’enfant photographié et augmenté d’un masque en pâte à modeler.Quand s’ouvrent lentement tes grandes portes noires, 2011 (145 x 54 x 33 cm)  

Carmen Calvo (Espagne) El rostro, 2011, (150 x 127 cm) : portrait d’enfant photographié et augmenté d’un masque en pâte à modeler.Quand s’ouvrent lentement tes grandes portes noires, 2011 (145 x 54 x 33 cm)  

© Photo M. Chassat

 Les artistes invités : Algérie, Nourredine Ferroukhi / Chypre, Lia Lapithi / Egypte,Moataz Nasr / Espagne, Carmen Calvo/ Grèce, Ilias Poulos et Georgia Spiropoulos / Israël, Sigalit Landau / Italie,Fabrizio Corneli / Liban, Marwan Rechmaoui / Maroc, Bouchra Ouizguen / Palestine, Sharif Waked / Syrie, Diana Al-Hadid / Tunisie, Abdelwahab Meddeb / Turquie, Orhan Pamuk. Le français Philippe Favier, auquel le musée Granet a consacré en 2012 l’exposition «  Corpuscules  », est l’artiste initiateur de cette chaîne de créations. 
 
Exposition « Cadavre exquis – Suite Méditerranéenne » au musée Granet à Aix-en-Provence jusqu'au 13 avril - Du mardi au dimanche de 12h00 à 18h00 - Fermeture hebdomadaire le lundi - Informations : 04 42 52 88 32