Louvre: un million d'euros de dons pour acquérir un joyau d'orfèvrerie, la Table de Teschen

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/02/2015 à 12H48
Le Table de Teschen, chef d'oeuvre d'orfèvrerie du XVIIIe siècle

Le Table de Teschen, chef d'oeuvre d'orfèvrerie du XVIIIe siècle

© Lionel Bonaventure / AFP

La campagne d'appel aux dons lancée par le musée du Louvre pour contribuer à acquérir la Table de Teschen, chef d'oeuvre d'orfèvrerie du XVIIIe siècle, a permis de réunir plus d'un million d'euros, indique le musée mardi dans un communiqué.

Une table offerte au baron de Breteuil pour sa médiation

Lancée le 7 octobre 2014, et close le 31 janvier, cette campagne "avait pour but de réunir la somme d'un million d'euros sur un budget global de 12,5 millions d'euros nécessaires à l'acquisition de la Table de Teschen, joyau de l'art datant de 1779 commémorant un traité entre la Prusse et l'Autriche.

Fin janvier, 700.000 euros ont été réunis grâce aux dons de plus de 4.500 donateurs individuels et 350.000 euros grâce au soutien de la Société des Amis du Louvre, précise le musée. Les entreprises et fondations se sont également déjà mobilisées en apportant à ce jour plus de 100.000 euros à la campagne.
 
Pour les quelque onze millions d'euros manquants, le Louvre va faire appel a des mécènes entreprises, précise le musée qui se dit "confiant" pour annoncer l'entrée dans ses collections de la Table de Teschen, dite également Table de Breteuil, au premier semestre 2016.

128 échantillons de pierre fines

Réalisée en bronze doré avec un plateau dans lequel sont incrustés 128 échantillons de pierres fines, la Table de Teschen avait été offerte au baron de Breteuil, ambassadeur de France à Vienne, par le prince-électeur de Saxe Frédéric-Auguste III pour sa médiation entre la Prusse et la Saxe lors de la guerre de succession de Bavière (1778-79).

La démarche avait abouti à la signature du traité de Teschen, considéré comme le premier traité moderne, dans lequel France et Russie se portaient garantes de la paix entre la Prusse et l'Autriche.  

Conservée jusqu'à nos jours dans la famille de Breteuil et mise en vente 12,5 millions d'euros par la maison Kugel, la table est considérée comme le chef d'oeuvre de Johann Christian Neuber, à la fois orfèvre et minéralogiste.