Lille3000 : les robes à croquer de l'exposition "Textifood"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/10/2015 à 18H13
"Textifood" au musée d'Histoire Naturelle de lille 

"Textifood" au musée d'Histoire Naturelle de lille 

© France 3 / Culturebox

Lille3000 – Renaissance, accueille jusqu’au 17 janvier 2016 l’exposition Textifood au Musée d’Histoire Naturelle de Lille. Designers et stylistes ont tissé leur inspiration avec des fibres issues d’espèces végétales ou animales dont une partie est comestible et l’autre utilisée pour la création textile.

Orange, banane, noix de coco, ortie, café, riz, soja, champignons, coquillages et crustacés, "Textifood" donne un goût particulier à Lille3000. 

Issues d’espèces végétales et animales, ces fibres dont une partie est comestible et l’autre utilisée pour la création textile, viennent de tous les continents. Présentées sur des mannequins, les créations des stylistes donnent au musée d'histoire naturelle de Lille un petit air de podium. 

Reportage : C. Massin / P. Duluc / M. Dubois


La terre mère nourricière de la création textile

Pour illustrer ces étoffes souvent méconnues, Lille3000 a fait appel à des designers et stylistes sensibilisés par les questions écologiques. Leurs créations intégrent des fibres qui utilisent souvent les résidus des récoltes. Ainsi les robes qu'ils ont créées sont-elles faites de citron, de fleurs de houblon ou encore, plus étonnant,de café. "La robe a été faite à partir de déchets de marc de café et de torréfaction. On a pu en faire un fil qui a des propriétés environnementales et de bien-être comme anti-UV ou anti-transpiration", explique Arielle Levy, cofondatrice de l'Herbe Rouge.
Robe "Torréfaction" entièrement réalisée à base de déchets de café

Robe "Torréfaction" entièrement réalisée à base de déchets de café

© France 3 / Culturebox

Des fibres à l'apéritif 

L'exposition explore toutes les possibilités et toutes les fantaisies de la fibre textile. Des artistes comme Coralie Marabelle, Christine Phung, Design Percept, L’Herbe Rouge , A+Z design, Egide Paris, ont intégré le fruit des recherches de sociétés textiles axées sur la chimie du végétal et le traitement de la biomasse. 

La terre et la mer constituent des ressources inépuisables pour les chercheurs et les créateurs. Le coquillage Pinna nobilis, par exemple dont la chair est parfaitement comestible, produit également des filaments. Grâce à de méticuleux traitements, ils produisent un tissu fin, soyeux. On sait aujourd'hui que "La Toison d’Or" de Jason aurait été tissée avec cette soie des mers.
"Textifood" à Lille3000

"Textifood" à Lille3000

© France 3 / Culturebox

"Textifood" au musée d'Histoire Naturelle de Lille dans les cadre de Lille3000
Du 26 septembre 2015 au  17 Janvier 2016