Les salons féminins au temps de Proust au musée Marmottan

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/05/2010 à 09H07
Les salons féminins au temps de Proust au musée Marmottan

Les salons féminins au temps de Proust au musée Marmottan

© Culturebox

Le musée Marmottan à Paris propose jusqu'au 6 juin 2010 l'exposition "Femmes peintres et salons au temps de Proust". A travers des tableaux, lettres, bijoux ou partitions, c'est l'occasion de voir à quel point certaines femmes ont joué un rôle considérable dans le monde des arts et des lettres, affichant une liberté de pensée et de moeurs qui n'ont rien à envier à nos temps modernes.

Le musée Marmottan a ressuscité quatre des salons féminins qui de 1875 à 1910 jouèrent un rôle primordial dans la diffusion des idées et le mécénat des artistes. Cette exposition permet ainsi de rappeler que nos 20ème et 21ème siècle ne détiennent pas, loin s'en faut, la palme de la liberté féminine. Dès le 17ème siècle, des femmes de lettres vont émerger avec notamment Mme de Sévigné et Mme de Lafayette. Dans les salons qu'on appelait alors "sociétés", la mixité était de mise et l'esprit féminin très recherché. Certes, ces femmes étaient pour la plupart issues de l'aristocratie ou de la grande bourgeoisie. Leur pouvoir passait aussi par l'argent. Mais il était réel et respecté.
On peut se demander quel est le rapport entre Proust et les salons féminins. C'est dans l'un d'entre eux, celui de la princesse Mathilde (fille de Jérôme Bonaparte) que le jeune homme fit son entrée dans le "monde". Il meubla son temps et son oisiveté en les fréquentant. Une fréquentation qui lui permit de rencontrer des personnages comme Anatole France et Charles Maurras mais aussi de trouver matière à écriture. Proust s'inspira en effet largement des personnes qu'il croisait dans ces salons.

A Voir aussi sur Culturebox :
- Rétrospective Charley Toorop au Musée d'Art Moderne
- Emilie Charmy, une destinée de peintre
- Les peintures de Frida Kahlo à Bruxelles