Les Sacres Royaux, de Louis XIII à Charles X, revivent au palais du Tau

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/05/2014 à 15H45
Dans l'exposition "Sacres royaux" au palais du Tau

Dans l'exposition "Sacres royaux" au palais du Tau

© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Le palais du Tau à Reims accueille jusqu'au 2 novembre 2014 l'exposition "Sacres royaux de Louis XIII à Charles X". Conçue en partenariat avec le château de Versailles, elle réunit quelque 80 oeuvres, tableaux, gravures, tapisseries, pièces d'orfèvrerie ou mobiliers, qui témoignent des fastes de la cérémonie des sacres des rois, de la dynastie des Bourbons entre 1610 et 1825.

Le palais archiépiscopal du Tau à Reims, qui jouxte la cathédrale des sacres, dévoile les étapes de la cérémonie du couronnement royal, fondement essentiel de la monarchie absolue qui consacre la puissance et la légitimité des rois de France.

"Le palais du Tau était la résidence des rois durant la cérémonie du sacre, c'est de là que partait le cortège royal et que se tenait le grand festin après le couronnement. Depuis le IXe siècle, le palais a accueilli à 33 reprises les souverains la nuit précédant leur sacre", remarque Benoît-Henry Papounaud, l'administrateur du palais du Tau.

Les sections thématiques de l'exposition conduisent le visiteur du baptême de Clovis, considéré comme l'origine du sacre, jusqu'à la galerie de portraits de Louis IV à Charles X en tenue d'apparat et insignes de la royauté, dont un tableau monumental peint par Joseph-Siffred Duplessis représentant un Louis XVI fier et jovial.

Reportage: Mathieu Guillerot, Claudine Crenn, Renaud Morel
"Le sacre trouve son origine dans la conversion de Clovis au christianisme et son baptême à Reims quand, selon la légende, il fut oint par Saint Remi d'une huile sainte apportée par une colombe dans une ampoule", explique Frédéric Lacaille, conservateur au musée national des châteaux de Versailles et du Trianon.

Le public pourra ainsi admirer la "sainte ampoule" dans son berceau de rubis et d'émeraudes et le calice des sacres (dit de Saint-Remi) en or serti de pierres fines.

Charles X et le Roi Soleil
L'exposition consacre une large part au sacre de Charles X, dernier roi à être couronné à Reims le 29 mai 1825, dont l'histoire a gardé le plus de vestiges après les destructions de la révolution.

Parmi les nombreux objets ou peintures évoquant l'évènement, son imposant manteau de sacre confectionné en velours de soie et brodé d'or pesant 25 kg est exposé dans la chapelle du palais alors qu'une salle est consacrée à son carrosse avec la présentation des panneaux de caisse du véhicule.

Autres chefs d'oeuvres à voir, la tapisserie des Gobelins tissée en laine de soie et fils d'or entre 1665 et 1680, représentant le sacre de Louis XIV en juin 1654 ou encore le tableau de Jean Jouvenet évoquant le "toucher des écrouelles" du roi Soleil, geste rituel réalisé par le monarque au lendemain du sacre auprès de centaines de malades en prononçant les mots : "Le roi te touche, Dieu te guérit".

"Sacres royaux de Louis XIII à Charles X"
Palais du Tau - entrée : 7,50 euros - Fermé le lundi -
Catalogue aux Éditions du Patrimoine, 12 euros