Les paysages de Van Gogh à Bâle

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/04/2009 à 09H32
Les paysages de Van Gogh à Bâle

Les paysages de Van Gogh à Bâle

© Culturebox

Le rendez-vous est exceptionnel : le Musée des Arts de Bâle en Suisse propose une exposition consacrée aux paysages de Vincent Van Gogh, jusqu'au 27 septembre 2009. 70 toiles sont proposées aux regards des visiteurs. Elles couvrent une période allant de 1883 à 1890. Jamais l'oeuvre de l'artiste n'avait été encore abordée sous ce thème.

En 1883 Vincent Van Gogh est encore aux Pays Bas. En conflit avec son père, il a quitté le domicile familial, il habite à La Haye. Il confirme peu à peu son talent, d'abord avec ses dessins. Mais il les détruit finalement presque tous, parce que son frère Théo estime qu'ils manquent de nervosité  et de fraîcheur. Un tournant : Van Gogh passe à la peinture à l'huile. Il découvre alors l'immensité du travail à accomplir pour acquérir les techniques. Il commence son apprentissage dans sa ville, puis poursuit sa voie à Anvers et Paris. Une première oeuvre majeure est créée : "Les mangeurs de pommes de terre", achèvement d'une série sur les paysans. En 1886, Van Gogh est à Paris auprès de son frère. Il s'intéresse vivement au courant impressionniste. Van Gogh se libère, colore. Son état mental se dégrade, à cause de l 'absinthe et de la fatigue. Il rêve alors d'une communauté d'artistes, pour partager les expériences. Il s'installe à Arles, Paul Gauguin le rejoint. La collaboration se passe mal, les disputes sont violentes, Van Gogh finit par s'auto-mutiler. Il offre son oreille coupée à une prostituée. En 1989 le peintre est hanté par le suicide, il délire. Il décide lui même de se faire interner. Entre deux dépressions son activité artistique est intense. Il sort de l'asile en 1890 et s' installe à Auvers-sur-Oise. Il crée à nouveau intensément, rencontre d'autres artistes. Le répit est de courte durée. Van Gogh finit par se tirer une balle dans la poitrine. Il meurt deux jours plus tard.

Lire l'article en page culture sur france3.fr