Les masques Hopis se sont arrachés, malgré les suppliques de la tribu

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/04/2013 à 18H39
 Masque Hopi

 Masque Hopi

© Neret-Minet

Des masques Hopis se sont arrachés vendredi aux enchères à Drouot à Paris pour plus de 900.000 euros, en dépit des suppliques de la tribu amérindienne d'Arizona qui réclamait la restitution de ces objets sacrés. Elle a tenté en vain d'en stopper la vente par voie de justice. Le chef de la tribu hopi s'est déclaré "triste et abattu".

70 masques pour 931.435 euros
"C'est une honte ! It's a shame !", s'est écriée une femme alors que la vente, organisée par la maison Neret-Minet Tessier & Sarrou, débutait dans une salle pleine à craquer, surchauffée, décorée de peintures tribales et de la photo géante d'un grand chef Hopi datant de 1935.

Les 70 masques "Katsinam" provenant d'une collection privée estimée entre 600.000 et 800.000 euros sont en bois et en cuir, souvent très colorés, parfois sertis de plumes, certains représentant des animaux. Ils incarnent l'esprit des ancêtres pour les Hopis.

Ils se sont arrachés pour un montant total de 931.435 euros (frais compris) chez Drouot, contrairement aux récentes ventes d'art précolombien "fragilisées par les demandes de pays comme le Mexique ou le Pérou qui réclament la restitution des oeuvres d'art", selon une experte.

Les acheteurs, venus très nombreux chez Drouot, n'ont pas hésité à enchérir, tendant leurs cartes de crédit, leur chéquier. Un masque heaume en bois noir et turquoise doté de plumes noires déployées, baptisé mère-corbeau, a atteint 198.272 euros (avec les frais).
Masque Angwusnasomtaqa ( Tumas Crow Mother), 1880. cuir, plumes, bois.

Masque Angwusnasomtaqa ( Tumas Crow Mother), 1880. cuir, plumes, bois.

© Neret-Minet
Des visages attristés Dans la salle, des visages attristés, comme celui de Jean-Patrick Razon, à la tête de Survival International France, une association de défense des peuples indigènes, à l'origine, avec les Hopis, de la procédure judiciaire. L'ambassadeur des Etats-Unis, Charles H. Rivkin a twitté en direct être "attristé d'apprendre que des objets culturels sacrés Hopis soient mis aux enchères aujourd'hui". L'acteur Robert Redford a quant à lui jugé la vente "sacrilège" dans une lettre demandant la restitution des masques. 
 
"Comme vendre la Torah" 
"Ce ne sont pas de simples objets d'art, nous croyons qu'ils renferment l'esprit. C'est comme pour les Juifs, si quelqu'un essayait de vendre la Torah. On ressent la même chose pour ces Katsinam", a déploré Bo Lomahquahu, 25 ans, membre des Hopis et étudiant en lettres à Paris.
"Ce sont vraiment des masques très importants que nous n'exposons pas en public, qui servent à nos rites de passage. Ils ne sont pas destinés aux musées", a expliqué le jeune homme, dont le nom signifie "aigle merveilleux".
Masque Heaume PATUÑ KACHINA, HOPI, Arizona.Ca.1920-1940. (Courge, bois, maïs et pigments naturel). 

Masque Heaume PATUÑ KACHINA, HOPI, Arizona.Ca.1920-1940. (Courge, bois, maïs et pigments naturel). 

© Néret-Minet Tessier & Sarrou


Joe Dassin avait été adopé par une tribu de Hopis

Parmi les acheteurs, Alain Giraud, qui vient de traduire de l'anglais un livre écrit par le chanteur Joe Dassin (1938-1980) "Cadeau pour Dorothy" (Flammarion, 2013). Joe Dassin, a-t-il expliqué à l'AFP, était diplômé d'ethnologie aux Etats-Unis dans les années 60 et avait été adopté par une tribu de Hopis.

En accord avec la soeur du chanteur décédé, la Fondation Joe Dassin a acquis l'un des premiers masques à la vente, une "tête de boue" des années 1910-1920 partie à 3.700 euros, qu'elle compte restituer à la tribu.
Masque Situlilü

Masque Situlilü

© Neret-Minet
A midi, un juge du tribunal des référés avait maintenu la vente, estimant que ces masques avaient certes une "valeur sacrée" pour les Hopis, mais que cela n'en faisait pas des "biens incessibles". Dénonçant une "vision trop restrictive et mal fondée du droit", l'avocat français qui défendait les Hopis, Me Pierre Servan-Schreiber, s'est félicité que cette affaire ait au moins eu le mérite de montrer une "très forte mobilisation" en faveur des Hopis.

"C'est le début d'une réelle prise de conscience de l'opinion publique qui comprend que tout ne peut pas être acheté ou vendu, surtout pas quelque chose de si intime et sacré. Peut-être que dans dix ans nous gagnerons", a-t-il dit.
"Nous sommes profondément tristes et abattus que la justice française ait autorisé cette vente", a indiqué après la vente dans un communiqué LeRoy Shingoitewa, chef de la tribu de 18.000 membres. Le communiqué indique que le conseil de la tribu va se réunir pour décider 
des prochaines étapes de cette "saga honteuse".