Diaporama 10 photos
Par Valérie Oddos @Culturebox

Les artistes tunisiens et la révolution à l'Institut du monde arabe

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/02/2012 à 10H14
  • Sk One, Révolution, Kasbah, Tunis, hiver 2011
    01 /10
    Sk One, Révolution, Kasbah, Tunis, hiver 2011
    Cet artiste graffeur d'origine tunisienne est le premier à organiser une exposition personnelle, Evasion urbaine, en Tunisie, en 2009. Il cache son identité au grand public. Il utilise les murs blancs de Tunis pour faire passer un message artistique et engagé
    © .
  • Wissem El-Abed, Cap pas bon, 2005
    02 /10
    Wissem El-Abed, Cap pas bon, 2005
    "Cap pas bon" reprend le nom du Cap Bon, à la pointe nord-est de la Tunisie, d'où partent les clandestins qui veulent gagner l'Europe. L'artiste a transformé une boîte de harissa de la marque Cap Bon en bateau de fortune, coulé dans un bloc de résine
    © Collection de l'artiste
  • Wassim Ghozlani, Série Postcards from Tunisia, 2011 (48 photos)
    03 /10
    Wassim Ghozlani, Série Postcards from Tunisia, 2011 (48 photos)
    Graphiste puis photographe, l'artiste livre dans ces "cartes postales" une Tunisie à l'inverse de l'image folklorique, faite de pompes à essence défraîchies, de murs décrépits, de carrioles et aussi du bleu de la mer et des moutons au milieu des fleurs.
    © Wassim Ghozlani
  • Patricia Triki, Checkpoint #5, Série Tracks, Objets trouvés et Checkpoints
    04 /10
    Patricia Triki, Checkpoint #5, Série Tracks, Objets trouvés et Checkpoints
    Pour se défendre des pillards ou des supposées milices à la solde de l'ancien régime, les Tunisiens ont improvisé des barrages de fortune faits de bidons, de briques, de poutres et autres bric-à-bracs. Patricia Triki les a photographié dans des rues désertes
    © -
  • Nadia Khiari, Willis from Tunis, 2011
    05 /10
    Nadia Khiari, Willis from Tunis, 2011
    Peintre et dessinatrice, Nadia Khiari a créé le chat "Willis from Tunis" qui commente l'actualité, racontant les barricades, l'effervescence et l'hypocrisie de certains acteurs. Des milliers de Tunisiens ont suivi les aventures sur Facebook de celui qui est devenu un véritable personnage de la révolution.
    © Collection de l'artiste
  • Jellel Gasteli, Oeuvre extraite de la série Rock the Kasbah, 2011, tirage argentique
    06 /10
    Jellel Gasteli, Oeuvre extraite de la série Rock the Kasbah, 2011, tirage argentique
    Jellel Gasteli, auteur de la "Série blanche" exposée à l'IMA en 2002, a choisi d'exposer cinq tirages grand format de "Rock The Kasbah", oeuvre principalement réalisée au cours du premier sit-in de la Kasbah. Elle fait référence aux paroles d'une chanson de Rachid Taha.
    © -
  • Hichem Driss, 404 (2010)
    07 /10
    Hichem Driss, 404 (2010)
    Le photographe a imaginé une série de portraits de Tunisiens de tous âges, sexes, tendances, couleurs, pour témoigner de la diversité du peuple de son pays. 404 est une allusion à Ammar #404, le nom donné par la jeunesse tunisienne à la censure qui sévissait sur internet sous le régime de Ben Ali
    © -
  • Halim Karabibene
    08 /10
    Halim Karabibene
    L'artiste a fait de la cocotte l'armure d'un drôle de comité de lutte pour l'existence d'un Musée national d'art moderne et contemporain à Tunis. La révolution fait espérer qu'il ouvrira un jour. En attendant, artistes, galeristes et étudiants ont posé pour lui, coiffés de la cocotte
    © , Comité populaire pour la protection du Musée national d'art moderne et contemporain de Tunis, 2011, Soldat N°1 Uniforme d'hiver (à g) et Soldat n°1 Uniforme d'été (à d), Courtesy Aglerie El Marsa
  • Faten Gaddes, Punching Ball, mars 2011
    09 /10
    Faten Gaddes, Punching Ball, mars 2011
    La photographe décline une identité multiple sur des punching balls
    © Collection de l'artiste
  • Ali Cherri, Le Pyromane, 2011
    10 /10
    Ali Cherri, Le Pyromane, 2011
    Ali Cherri est libanais. Cette oeuvre fait allusion au "geste désespéré" de Mohammed Bouazizi, qui s'est immolé par le feu à Sidi Bouzid, déclenchant la révolution tunisienne. Et à tous ceux qui ont tenté de faire la même chose à travers le monde arabe.
    © Ali Cherri, Courtesy the artist and Imane Farès, Paris

Les artistes ont accompagné la révolution tunisienne, transposant dans leur monde toutes les interrogations qui traversaient la société tunisienne. Ils ont témoigné en peinture, photo (un des médias privilégiés), sculpture, vidéo pendant les semaines de manifestations et d'effervescence qui ont mené à la chute du régime de Ben Ali. Ils se sont souvent exprimés avec humour. Un an après, l'Institut du monde arabe expose une vingtaine de ces artistes tunisiens, ainsi que quelques artistes étrangers qui ont été inspirés par la "révolution de la dignité".