Le Sound system décliné sous toutes ses formes à la Gaîté Lyrique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/06/2013 à 15H39
Say Watt à la Gaîté Lyrique

Say Watt à la Gaîté Lyrique

© Pierre Mahieu

A travers l'exposition "Say Watt ? Le culte du Sound system", la Gaîté Lyrique montre jusqu'au 25 août à Paris l'importance dans la musique contemporaine de ces discothèques ambulantes nées dans les années 1950 en Jamaïque, jetant les bases du DJ, du MC, du remix ou encore du rap.

Après la Seconde guerre mondiale, dans cette île caribéenne pauvre, certains amateurs de musique bricolent une sono transportable et passent des vinyles dans la rue en animant la soirée à l'aide d'un microphone, au plus grand bonheur de la population qui voit là une occasion de danser sans débourser le sou...

Le Sound system est né, avec son cocktail de DJ, de platines, d'amplis, d'enceintes géantes, de microphones et d'effets visuels et sonores. "Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que le Sound System jamaïcain a eu des rebonds via le hip-hop, les rave party, dans tout un champ de l'électro et de techno, et dans des notions aussi essentielles que le remix ou la figure du DJ", explique le directeur de la Gaîté Lyrique, Jérôme Delormas.
Sur 2.000 m2 d'exposition, des diaporamas, des photos, des flyers, des maquettes, des installations montrent toutes les déclinaisons de la culture sound-system à travers le monde. "On associe le sound system au reggae, voire au rap pour les plus pointus en musique, mais peu savent que ça existe à Trinidad, en Colombie ou dans des villes du Brésil... Je voulais aussi montrer l'universalité de cette pratique musicale", souligne Sébastien Carayol, commissaire de l'exposition.

On découvre ainsi les enceintes d'origine de King Jammy, une maquette représentant la première fête hip-hop de l'histoire datant de 1973 à New York, un extrait du film "Babylon" qui montre la culture reggae à Londres dans l'Angleterre thatchérienne, un igloo d'enceintes où le spectateur peut s'introduire et essayer de "toaster"... De nombreux concerts accompagnent l'exposition, avec notamment le Sound system anglais Jah Observer pour la fête de la musique (gratuit) et Big Red, Daddy Mory (Raggasonic), Lord Zeljko le 25 juin (payant).

A la Gaîté Lyrique jusqu'au 25 août