Le "Quartier", centre d'art contemporain de Quimper va devoir fermer, privé de la subvention de la ville

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/06/2016 à 15H20
Le maire de Quimper Ludovic Jolivet (ici en 2014) dont la décision de retirer la subvestion de la Ville contraint  le centre d'art  contemporain, Le Quartier, à fermer.

Le maire de Quimper Ludovic Jolivet (ici en 2014) dont la décision de retirer la subvestion de la Ville contraint  le centre d'art  contemporain, Le Quartier, à fermer.

© PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Le Centre d'art contemporain de Quimper fermera d'ici quelques mois après la décision de la municipalité, son principal financeur, de ne pas reconduire sa subvention, mettant en avant la baisse des dotations de l'Etat, a-t-on appris ce 12 juin auprès du musée.

"La ville de Quimper a retiré sa subvention de 252.000 euros", a indiqué à l'AFP Natalia Colina, directrice du centre baptisé "Le Quartier" et dont le budget de fonctionnement est de 600.000 euros. Les autres partenaires publics sont la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC, 130.000 euros), la région Bretagne (45.000 euros) et le département du Finistère (65.000 euros). 

La Ville dénonce une baisse de l'investissement de l'Etat... 

La Ville avait déjà réduit de 30% sa subvention depuis 2015, a souligné Natalia Colina. Face à la décision de la municipalité, le ministère de la Culture a cependant proposé un apport supplémentaire de 20.000 euros au musée, ainsi qu'un réengagement en faveur du Conservatoire de musique et d'art dramatique de la ville, à hauteur de 100.000 euros.

Dirigée par Ludovic Jolivet (Les Républicains) depuis 2014, la ville est cependant restée sur sa position.  "Cette décision, difficile, est aujourd'hui l'une des conséquences de la diminution drastique et continue des dotations de l'Etat aux collectivités", explique-t-elle dans un communiqué, assurant avoir perdu dix millions d'euros de dotations de l'Etat en quatre ans.

... mais refuse la main tendue de la Culture

"Je suis atterré et révolté", a réagi le président du Quartier Jean-Yves Crochemore, estimant que la municipalité aurait dû revenir sur sa décision après la proposition du ministère de la Culture. "En refusant cette main tendue, Ludovic Jolivet revendique le caractère résolument idéologique de sa décision", estime l'association française de développement des centres d'art contemporain. En "rayant de la carte" le musée,  "la ville de Quimper prive 15.000 visiteurs chaque année d'une fenêtre ouverte sur des formes artistiques qui problématisent le monde", regrette l'association.

"Ce qu'on essaye de faire c'est de consolider l'offre culturelle sur le  reste de la collectivité", a expliqué à l'AFP Georges-Philippe Fontaine, adjoint chargé des finances à Quimper. "Le saupoudrage financier, ce n'est plus une politique tenable".

Le Centre d'art contemporain de Quimper, créé il y a 25 ans et qui emploie  9 personnes, pourrait fermer dès le mois de septembre, selon Jean-Yves Crochemore. Une pétition a été lancée sur le site change.org contre la fermeture du lieu.