Le musée Granet s'éprend des icônes américaines

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/08/2015 à 17H31
Jackie Kennedy par Warhol au Musée Granet pour l'exposition "Icônes Américaines"

Jackie Kennedy par Warhol au Musée Granet pour l'exposition "Icônes Américaines"

© France 3 / Culturebox

Le Musée Granet d'Aix en Provence accueille jusqu’au 18 octobre 2015 l'exposition "Icônes américaines". Une cinquantaine d’œuvres grand format pop art ou minimalistes prêtées par le musée d’art moderne de San Francisco. A l’honneur : les stars du genre comme Andy Warhol et Roy Lichtenstein, mais aussi d’autres grands talents encore méconnus en France.

Après avoir enthousiasmé les visiteurs du Grand Palais à Paris, les icônes américaines ont pris leur quartier d'été au musée Granet d'Aix en Provence. 49 chefs d'oeuvres du MOMA de San Fransisco et de la collection Fisher sont exposés jusqu'au 18 octobre. Marlon Brando, Liz Taylor et Jackie Kennedy dialoguent via les murs du musée. Oeuvres magistrales du roi de la pop-art, elles évoquent la fascination de l'artiste pour les stars comme l'analyse Bruno Ely, Directeur et conservateur du musée Granet. "Warhol pense à tout ce côté star système et utilise une peinture argentée qui symbolise l'écran de cinéma"
Reportage : S. Canetto / V. Bour / A. Vergnault

Des oeuvres en grand

Warhol, Lichtenstein, Calder mais aussi des artistes moins connus sont exposés dans les allées du célèbre musée de Provence.Treize artistes sont exposés sur plus de 700m2 avec des oeuvres aux dimensions inhabituelles, comme ce tableau de Roy Lichtenstein de 4 mètres par 3 ou ces toiles aux couleurs vibrantes de Ellsworth kelly.
Ellsworth Kelly (né en 1923) est un des représentants majeurs de l'art abstrait d'après-guerre. Ses œuvres inspirées de la nature et de l'architecture utilisent des formes et des couleurs vives pour stimuler les sens et provoquer des réactions émotionnelles. Ici, "Spectrum I", 1953 (San Francisco Museum of Modern Art, The Doris and Donald Fisher collection at the San Francisco Museum of Modern Art, et Helen and Charles Schwab Collection)

Ellsworth Kelly (né en 1923) est un des représentants majeurs de l'art abstrait d'après-guerre. Ses œuvres inspirées de la nature et de l'architecture utilisent des formes et des couleurs vives pour stimuler les sens et provoquer des réactions émotionnelles. Ici, "Spectrum I", 1953 (San Francisco Museum of Modern Art, The Doris and Donald Fisher collection at the San Francisco Museum of Modern Art, et Helen and Charles Schwab Collection)

© Ellsworth Kelly © SFMOMA / photo Katherine Du Thiel

Au coeur de la société américaine

Du Pop Art flashy à l'art minimaliste pudique, les oeuvres d'art exposées ont en commun de dépeindre la société américaine. "ces artistes d'une même génération vont évoquer la société américaine de manière très différente. Certains vont le faire de manière abstraite, d'autres de manière figurative" explique encore Bruno Ely

Pop art et minimalisme dans un même lieu

Exposer les tableaux très colorés de Warhol aux côtés des carreaux gris-bleu de Carl André cela peut sembler surprenant pour le visiteur. Et pourtant la cohérence s'explique par la coïncidence d'époque de création des deux courants. Le mouvement minimaliste et le pop art se sont développés au même moment. Leur approche artistique est d'ailleurs assez proche constituée de formes simples, géométriques et répétitives.

Cezanne l'inspirateur

Fil rouge de l'exposition l'âme de Paul Cezanne plane sur les créations des 14 artistes. "Cézanne mon héros !" Brice Marden, exposé à Aix, aurait prononcé cette phrase pour exprimer toute son admiration envers le peintre provencal. "Il était un artiste qui avait ses propres idées et qui n'a pas lâché. Pour les artistes qui ne sont pas encore reconnus mais qui luttent pour l'être c'est une grande vedette" explique Ruth Berson Directrice adjointe à la programmation du San Francisco Museum of Modern Art.
Après des œuvres monochromes dans les années 1960, Brice Marden (né en 1938), qui revendique l'influence de la calligraphie chinoise, crée dans les années 1980 des traits enchevêtrés en forme de grille, qu'il annule parfois en les recouvrant de peinture claire sous laquelle elles forment ce qu'il appelle des "figures fantômes". Ici, "Cold Moutain 6 (Bridge)", 1989-91 (San Francisco Museum of Modern Art, achat grâce à un don de Phyllis C. Wattis)

Après des œuvres monochromes dans les années 1960, Brice Marden (né en 1938), qui revendique l'influence de la calligraphie chinoise, crée dans les années 1980 des traits enchevêtrés en forme de grille, qu'il annule parfois en les recouvrant de peinture claire sous laquelle elles forment ce qu'il appelle des "figures fantômes". Ici, "Cold Moutain 6 (Bridge)", 1989-91 (San Francisco Museum of Modern Art, achat grâce à un don de Phyllis C. Wattis)

© ADAGP, Paris 2015 © SFMOMA / photo Ben Blackwell

"Icônes Américaines" au musée Granet d'Aix en Provence jusqu'au 18 octobre 2015