Le musée des Confluences privé des subventions du département

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/09/2016 à 09H56
Le musée des Confluences à Lyon

Le musée des Confluences à Lyon

© Jacques Pierre / Hemis.fr / Hemis / AFP

Pourtant à l'origine de sa création, le département du Rhône a décidé de ne plus participer à compter de 2017 au financement du musée des Confluences, à Lyon, a indiqué lundi l'établissement, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

Au confluent du Rhône et de la Saône, le bâtiment futuriste, devenu l'un des nouveaux musées les plus visités en régions, avait été inauguré en décembre 2014 après des années de travaux. Le musée des Confluences est passé dès 2015 sous le pavillon de la  Métropole de Lyon, présidée par Gérard Collomb (PS).
 
Cette nouvelle gouvernance était la conséquence de la répartition des compétences de l'ancien département du Rhône  entre la nouvelle métropole et les communes rurales qui n'entrent pas dans son périmètre et qui forment le  nouveau département du Rhône.

90% des subventions venaient de la Métropole de Lyon

Le "nouveau Rhône" a consacré au musée 1,2 million d'euros en 2016, soit  environ 10% de son budget de fonctionnement qui s'élève globalement à 18 millions d'euros dont 14 millions de subventions publiques, la Métropole (90% de ces subventions) amenant 12,8 millions d'euros.
 
Le reste du budget de fonctionnement est alimenté par les recettes propres du musée (billetterie essentiellement).
 
Le président du département, Christophe Guilloteau (LR), justifie notamment cette décision "par la nécessité de réaliser des économies budgétaires et de redéployer l'argent public sur le nouveau territoire du Département du Rhône", selon Le Progrès.

875.000 visiteurs en 2015

Interrogée par l'AFP, la Métropole n'était pas en mesure de répondre lundi soir.
 
Le musée, qui a réduit son appel à subventions publiques de 6% en 2016 par rapport à l'année précédente, a accueilli quelque 875.000 visiteurs en 2015 et avait déjà dépassé les 500.000 fin août 2016, dont 17% d'étrangers, a expliqué une porte-parole.
 
La part des subventions publiques est revue chaque année en fonction des recettes du musée. Après la décision de retrait du département du Rhône, et les  baisses budgétaires, "nous sommes sur tous ces points dans une phase d'échanges avec la Métropole, qui est à l'écoute", a-t-elle assuré.