Le monde enchanté du plasticien Gilbert Peyre à Oyonnax

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/06/2017 à 19H16, publié le 28/06/2017 à 19H10
L'automate "La Joconde" de Gilbert Peyre refuse d'être retenue prisonnière au musée du Louvre. 

L'automate "La Joconde" de Gilbert Peyre refuse d'être retenue prisonnière au musée du Louvre. 

© Capture d'image France3/Culturebox

"Les machines extraordinaires" de Gilbert Peyre sont présentées à "La Grande Vapeur", à Oyonnax dans l’Ain. Une nouvelle exposition qui transporte le public dans l’univers magique de l’artiste qui fait danser des automates depuis plus de 30 ans.

Quelques mois après le succès de la dernière exposition de Gilbert Peyre à la Halle Saint Pierre (Paris), Oyonnax (Ain) accueille les drôles de créatures du plasticien. Une bande d’automates inventifs et poétiques qui va occuper les locaux de "La Grande Vapeur" jusqu’au 19 août.

Reportage : F. Grassaud / P. Lachaux / A. Gavin

Des automates engagés

"Les machines extraordinaires" de Gilbert Peyre, montrées dans le monde entier, sont donc de retour. Elles viennent passer l’été à Oyonnax. Gilbert Peyre, poète et bricoleur, a apporté dans ses valises ses automates les plus créatifs. Des machines articulées conçues à partir de matériaux de récupération. Des objets perdus que l’artiste réanime en les faisant bouger, danser, grincer... Le tout avec beaucoup d’humour et parfois des coups de gueule. Gilbert Peyre fait passer des messages, notamment écologiques. Une de ses œuvres met en scène des boites de sardines qui représentent un banc de poissons. "Le message, c’est qu’on est en train de bouffer la mer !" s’insurge l’artiste dans le reportage de France 3. 
"Partie de cartes" entre Saddam Hussein et Georges Bush, 1991. Tout un symbole ! 

"Partie de cartes" entre Saddam Hussein et Georges Bush, 1991. Tout un symbole ! 

© G.Peyre / KT Suzuki

Au secours de Mona Lisa  

Autre curiosité de l’exposition. La Joconde vu par Gilbert Peyre. La célèbre peinture de Léonard de Vinci parle et exprime sa souffrance d’être enfermée au musée du Louvre. "Elle se réveille. Elle se dit mais où est-il ? En parlant de son créateur", raconte Gilbert Peyre. "Viens ! Je suis en prison !", implore-t-elle.  

De l'humour, de la sensualité 

L’exposition prête aussi souvent à sourire. On déambule dans un monde ludique où un ange métallique vole en riant, une chemise de nuit danse langoureusement avec un pantalon. Un univers loufoque qui invite à la légèreté, dans une ambiance de fête foraine.   
Bête-machine, l'une des machines extraordinaires de Gilbert Peyre

Bête-machine, l'une des machines extraordinaires de Gilbert Peyre

© G.Peyre / KT Suzuki

Un lieu hors norme 

"La Grande Vapeur" qui accueille l’exposition est un lieu aussi atypique que les objets créés par l’artiste. "La Grande Vapeur" est un site phare de l’industrie du peigne qui a fait du coworking avant l’heure. Ce bâtiment  accueillait au début du 20e siècle des ouvriers indépendants qui louaient des espaces équipés d’électricité, une énergie rare et chère à l’époque. Classé monument historique depuis 1988, le site aurait dû il y a une quinzaine d’années devenir un musée. Un projet qui n’a pas vu le jour faute de financement. 
"La Grande Vapeur", ancien site industriel, aujourd'hui lieu d'exposition,  classé monument historique depuis 1988. 

"La Grande Vapeur", ancien site industriel, aujourd'hui lieu d'exposition,  classé monument historique depuis 1988. 

© Capture d'image France3/Culturebox