Le monde des escort boys vu par Thierry Micouin à La Criée de Rennes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/12/2011 à 17H47
Thierry Micouin

Thierry Micouin

© France3/culturebox

Réaliser une exposition sur les escort boys, voilà une drôle d'idée. Elle revient au danseur chorégraphe Thierry Micouin. Durant plusieurs semaines, il a rencontré des jeunes hommes, installés à New-York, qui lui ont confié le pourquoi et le comment de leur activité. Des entretiens retransmis au Centre d'art contemporain La Criée à Rennes sous la forme d'une installation plastique et vidéo intitulée "Men at work, go slow !". A découvrir jusqu'au 18 décembre.

"Men at work, go slow !" se présente sous la forme d'une installation vidéo. Grâce à huit moniteurs, le visiteur peut écouter individuellement et dans une certaine intimité, les entretiens réalisés par Thierry Micouin avec chaque escort boy. Ils ont été filmés en gros plan, pour se "libérer de toute forme de stigmatisation". En marge de ce dispositif, deux films sont également projetés : le premier diffuse des captations de la ville de New-York ; le second a été réalisé dans les toilettes pour hommes d'un lieu public où seuls les pieds ont été filmés. Au final, c'est un véritable ballet anonyme qui se dessine devant nos yeux.

 

 

La question que l'on se pose face à cette exposition, ce n'est pas tant son sujet qui est parfaitement d'actualité et qui traduit de nouvelles formes de prostitution et de rencontres. La question c'est : qu'est ce qui peut amener un danseur à réaliser un tel projet ? Il faut savoir que Thierry Micouin a d'abord étudier la médecine avant de se former au théâtre puis à la danse. Dans ce domaine, il a côtoyé les meilleurs et notamment l'équipe du Tanztheater Wuppertal, la compagnie de danse créée par Pina Baush. Thierry Micouin a ensuite été interprète pour plusieurs chorégraphes dont Catherine Diverrès avec qui il entame une recherche autour de l'image et de la vidéo. Un travail qui trouvera une illustration avec le solo W.H.O, créé en 2006. Dans cette création qui associait  la danse, la vidéo et des récits de vie, Thierry Micouin s'appuyait que la figure de Sylvie Vartan pour s'interroger sur la notion d'identité. Pour préparer ce travail, il avait rencontré un transformiste qui se prostituait. De cette rencontre est née l'envie de s'interroger et d'enquêter sur ce sujet.

 

 

Après avoir été lauréat en 2009 du programme CulturesFrance-Hors les murs-Villa Medicis, il est parti à New York avec l'intention de rencontrer des hommes qui se prostituaient. Pourquoi cette ville ? : "Pour le fantasme de la liberté qu'elle suscite et parce que c'est là qu'il y a le plus de business avec les hommes d'affaires et les touristes" explique t-il. L'artiste a ainsi rencontré une cinquantaine de jeunes hommes, pour n'en retenir au final qu'une quinzaine.

Quant au titre de l'exposition, "Men at work, go slow !", Thierry Micouin avoue qu'il s'agit d'une référence directe aux panneaux que l'on trouve sur les routes indiennes. Explication : "Je trouvais que cela convenait parfaitement car je voulais contredire l'idée de la prostitution vue uniquement sous l'angle de la passe rapide. Cela peut être lent et doux".

 

"Men at work, go slow !" à La Criée à Rennes  jusqu'au 18 décembre 2012 - du mardi au vendredi de 12h0 à 19h00 - Le samedi et le dimanche de 14h à 19h