Le marché de l'art dopé par la multiplication des musées

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/05/2015 à 10H31
"L'homme au doigt" d'Alberto Giacometti a été adjugé pour 141 millions de dollars chez Christie's à New York le 11 mai 2015.

"L'homme au doigt" d'Alberto Giacometti a été adjugé pour 141 millions de dollars chez Christie's à New York le 11 mai 2015.

© John Angelillo / UPI / MAXPPP

"720 musées de plus de 5.000 m2 sont programmés pour 2015". Pour l'expert Thierry Ehrmann, président du groupe Arprice, la multiplication des musées dans le monde est la principale cause du boom des prix sur le marché de l'art, illustré par la vente record lundi d'un Picasso adjugé 179 millions de dollars à New York.

Comment expliquez-vous la hausse impressionnante des prix sur le marché  de l'art aux enchères et les records établis par la vente de Christie's à New York ?              

Le nombre de musées et de centres d'art, publics ou privés, a explosé, notamment dans la zone Asie-Pacifique, et dans une moindre mesure en Amérique du Sud et au Proche et Moyen-Orient, souligne Thierry Ehrmann, fondateur et président du groupe Artprice, numéro un mondial des données sur le marché de l'art.
              
Il s'est créé plus de musées entre l'année 2000 et le 31 décembre 2014 que pendant tout les XIXe et XXe siècles, note-t-il.
              
Cette "industrie muséale" a besoin d'oeuvres pour remplir ses espaces. Le phénomène est mondial : 720 musées de plus de 5.000 m2 et dotés chacun d'une collection d'au moins 3.000 pièces doivent ouvrir leurs portes en 2015. 400 musées sont programmés au Brésil pour les trois ans à venir.
              
De plus, les musées n'ont pas vocation à se séparer de leurs œuvres (ce qui entretient un phénomène de rareté et fait grimper les prix, ndlr), alors qu'un collectionneur ne résiste pas toujours à l'idée de faire une bonne plus-value.

Reportage : D. Wolfrom, J-C. Lambard


Vous parlez d'industrie muséale. Est-on entré dans une nouvelle ère ?              

Nous sommes clairement dans une économie muséale et même dans une économie de rendement de l'œuvre. Si un musée acquiert une série de chefs d'oeuvre, il va très vite rentabiliser son investissement. Il y a actuellement 12.000 tour-opérateurs exclusivement  spécialisés dans les parcours muséaux.
              
Ce n'est pas un hasard si les autorités chinoises ont demandé à tous les milliardaires d'investir dans les musées.
              
Il existe une trentaine de sociétés de syndication bancaire, qui achètent des oeuvres et les louent aux musées sur le mode des entreprises qui louent des avions aux compagnies aériennes.              

En quoi cette vente de Christie's est-elle exceptionnelle ?              

La vente de lundi a totalisé 701,3 millions de dollars pour 36 lots, soit 20 millions par lot. En 2014, une précédente vente chez Christie's avait réalisé 852 millions de dollars mais pour 75 lots, soit 11 millions par lot.
              
De plus, si l'on prend Picasso et Giacometti, dont les oeuvres ont réalisé les records de la vente, leur cote entre 2000 et 2015 a progressé respectivement de 132% et de 386%.

Reportage : J-C Batteria, M. Anglade, N. Salem, M. Mullender

             
Et pour la première fois, la soirée de Sotheby's se tient une semaine après celle de Christie's alors que les deux grandes maisons d'enchères organisaient traditionnellement leurs ventes ensemble sur deux jours. Il y a eu une rupture entre les "deux sœurs".