Le maquillage sans fard au Musée Gadagne de Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/02/2013 à 15H35
Affiche de la crème Simon, inventée par un pharmacien Lyonnais 

Affiche de la crème Simon, inventée par un pharmacien Lyonnais 

© DR

"Le teint entre en scène" ! c'est le nom de cette exposition très riche à découvrir au musée Gadagne à Lyon jusqu'au 10 mars 2013. Plus de 200 objets tous très rares retracent l'histoire du maquillage de l'époque de Marie-Antoinette jusqu'à nos jours. Une exposition qui reflète l'évolution de la femme à travers les siècles.

Des boites à mouches et fards blanchissants du 18eme siècle jusqu'aux poudriers actuels sophistiqués sont présentés dans cette exposition. De grandes maisons comme Guerlain et Givaudan ainsi que des particuliers comme l'expert Jean-Marie Martin-Hattemberg ont ouverts leurs collections. 
Exposition le teint entre en scène ! au Musée Gadagne 

Exposition le teint entre en scène ! au Musée Gadagne 

© DR
Lyon : ville du théâtre et de la cosmétique 

Drôle d'endroit pour cette exposition "Le teint entre en scène" !  Gadagne est un musée d'histoire et pourtant il accueille cette exposition unique en France !
Une première partie a été présentée en 2012 à Hong Kong dans le cadre du "French May Art Festival" dédié aux arts français. Ces objets de beauté ont trouvé un nouvel écrin naturel à Lyon.  
L'histoire du maquillage est en effet lié au théâtre et aux marionnettes. Depuis 1950, Gadagne abrite des marionnettes du monde, 2000 pièces d'une collection constituée autour du célèbre personnage Guignol.  Lyon possède aussi une industrie en cosmétologie très vive. Pharmaciens, biologistes, chercheurs et grands groupes comme L'oréal sont implantés dans la ville. Les universités forment également 34 000 étudiants dans cet univers, désormais très réglementé. L'exposition fait donc le lien entre aujourd'hui et hier.  Car dès 1860, Joseph Simon pharmacien à Lyon met au point cette crème éponyme à base de glycérine pour réparer la peau des lavandières : la crème Nivéa de l'époque est née !
Un boitier de poudre de la crème Simon (1930-1950)

Un boitier de poudre de la crème Simon (1930-1950)

© DR
Le teint : de Marie-Antoinette à nos jours

Dans la beauté, le teint est essentiel.
Alors que les femmes asiatiques le souhaitent le plus clair possible tel l'éclat de la perle, en occident, c'est l'éclat du soleil qui est priviligié.  
Le teint n'est pas un sujet superficiel comme on pourrait le croire. Il est le reflet de l'humeur mais aussi de l'âme et du corps.
Dès le 18eme siècle,  les femmes et hommes de la cour du roi se maquillent. Marie-Antoinette impose sa mode et sa beauté. Des boites à mouche (la mouche est un langage amoureux) et fards blanchissants sont exposés. La comédienne Marguerite Montansier lance sa marque de fards pour le théâtre...et devient la Maison Dorin " fournisseur" attitré de la reine. 
Les boites à mouches de la maison Dorin en 1880

Les boites à mouches de la maison Dorin en 1880

© DR
Vinaigrette "papillon" en or et décor émaillé du 18ème siècle 

Vinaigrette "papillon" en or et décor émaillé du 18ème siècle 

© DR
Les objets fins et délicats du 18eme.  Des boites de poudre en écailles de tortues, des vinaigrettes en or ou des poudriers en matériaux précieux sont aussi pour la femme des objets de séduction. Des flacons à sel ou vinaigre, pour corriger les humeurs de ces dames.
La maison Guerlain, fondée en 1828,  fait très vite appel à des créateurs 

La maison Guerlain, fondée en 1828,  fait très vite appel à des créateurs 

© DR
L'évolution de la femme à travers le maquillage 

Si au départ le maquillage est parti de la cour de Versailles et ne concernait qu'une élite, au 19eme siècle, il se fait plus terne.
Les couleurs sont moins utilisées dans la rue. Seules quelques femmes au visage très blanc se font remarquer.
Celles qui se maquillent sont surtout les femmes de théâtre et les femmes dites de "petite vertu", outrageusement fardées !
Ce n'est qu'au 20eme siècle que le maquillage descend véritablement dans la rue. Les femmes se libèrent. Elles travaillent et sont plus indépendantes. Les boitiers en nacre, ivoire ou en écaille sont de plus en plus raffinés et innovants.
Dans les années 20 déjà les parfumeurs utilisent l'image des muses comme la comédienne Gabrielle Dorziat pour vanter leurs cosmétiques. Un produit bronzant a même été lancé par Joséphine Baker. 
Si dans cette exposition, tous les objets sont rares, l'un d'eux est unique :  c'est le "Bird in Hand". La boite à secret dorée en bronze conçue par Salvador Dali.
Réfugié à New York en 1941, l'artiste a mis sa créativité au service de l'univers de la beauté. Le boitier est en forme d'oiseau. La tête dissimule un étui de rouge à lèvres, sous les ailes se cache un poudrier et la queue est en fait un pilulier. 
La boite à secrets de Salvador Dali crée à New York en 1941 

La boite à secrets de Salvador Dali crée à New York en 1941 

© France3/culturebox
Exposition Le teint entre en scène 
Musée Gadagne 
1, place du petit Collège 
69005 Lyon
Tél. 04 78 62 34 60 
Plein tarif : 6 Euros
Entrée gratuite pour les moins de 26 ans, chômeurs