Le Louvre-Lens souffle sa première bougie

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/12/2013 à 14H44
Le Louvre-Lens (Pas-de-Calais)

Le Louvre-Lens (Pas-de-Calais)

© Baziz Chibane / SIPA

Il y a un an jour pour jour, le 4 décembre 2012, jour de la Sainte-Barbe, fête des mineurs, le Louvre-Lens était inauguré. Le président-directeur du Louvre Jean-Luc Martinez s’est réjoui mercredi du "succès populaire" de ce nouveau musée bâti sur un ancien carreau de mine.

"C'est un succès populaire. Plus de 900.000 visiteurs ont franchi les portes de ce musée, soit 200.000 de plus que les prévisions les plus optimistes (...). Le Louvre -Lens est devenu l'un des plus grands musées français", a salué  Jean-Luc Martinez, lors d'une conférence de presse à l'occasion du premier anniversaire du Louvre -Lens.
"Au-delà de ces chiffres miraculeux, l'enjeu ici était d'offrir au public de la région un lieu merveilleux et ce pari est réussi. Plus de la moitié des visiteurs, soit 450.000 à 500.000, sont de la région Nord/Pas-de-Calais. (...) Le double objectif de démocratisation culturelle et d'appropriation par la population est doublement atteint", a-t-il déclaré.
 
"Il revient maintenant d'inscrire ce musée dans la longue durée. La réussite d'un musée comme celui-ci, on la mesure au bout de deux, trois, quatre ou cinq ans", a souligné Jean-Luc Martinez. Le Louvre -Lens table désormais, en année de croisière, sur environ 500.000 visiteurs.

"Oedipe et le sphinx" d’Ingres remplace "La Liberté guidant le peuple" de Delacroix
Pour fidéliser le public, la Galerie du Temps - gratuite jusqu’à la fin de 2014 - a renouvelé ce mercredi 14 de ses quelque 200 œuvres : un autoportrait de Raphaël et deux tableaux d'Ingres, notamment "Oedipe et le sphinx", ont remplacé "La Liberté guidant le peuple" de Delacroix, retournée à Paris.
 
Il est prévu que tous les ans une dizaine d'oeuvres soient remplacées le 4 décembre, jour  anniversaire de l'inauguration du musée, pour créer "de nouvelles thématiques" et pour que "la Galerie soit vivante", a expliqué Vincent Pomarède, directeur du département des peintures du musée du Louvre.
 
"Le Louvre -Lens, c'est une cellule souche dans le domaine de l'aménagement du territoire, du développement économique et de la création de richesses. Nous  attendons qu'il apporte le supplément de vie à l'arrondissement de Lens, quinzième agglomération de France, 500.000 habitants, mais aussi celui qui produisait le moins de richesses marchandes", a insisté Daniel Percheron,  président (PS) de la région Nord/Pas-de-Calais, qui a financé 60% des 150  millions d'euros pour la construction du musée.
 
Un frémissement économique
"Aujourd'hui, le territoire frémit plus intensément qu'hier, et dans un domaine, l'hôtellerie et la restauration, plusieurs centaines d'emplois sont au rendez-vous dans l'arrondissement" de Lens, "ville minière qui vit à nouveau",  s’est-il réjoui.
 
A l’occasion de son premier anniversaire, le Louvre-Lens inaugure aussi sa première exposition archéologique, consacrée à l’art étrusque. "Les Etrusques et la Méditerranée. La cité de Cerveteri" est la troisième exposition temporaire du musée après "L'Europe de Rubens" et "Renaissance".

La cité étrusque de Cerveteri "a joué un rôle particulier comme passeur entre l'Orient, le  Proche-Orient et l'Occident. C'était une cité très accueillante, très ouverte  aux influences étrangères. Elle a contribué au développement de nos  civilisations", explique la directrice par intérim du Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvres, Françoise Gaultier.
 
Une exposition d’art étrusque
Plus de 400 objets (vases peints, coupes, amphores, sarcophages...) du IXe au Ier siècle avant JC sont exposés sur 1.800 m2. Cerveteri a été redécouverte au XIXe siècle mais les fouilles ont continué aux XXe et XXIe siècles et certains objets exposés ont été sortis de terre l'année dernière.
           
Le sarcophage des Epoux, qui date du VIe siècle avant JC, est une des pièces majeures de l’exposition. Ce sarcophage en terre cuite représente un couple allongé.
 
Une avant-première, gratuite, est prévue mercredi à 21h (exposition jusqu’au 10 mars 2014).