Le Louvre fait tourner ses chefs-d'oeuvre à Lens

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/11/2012 à 15H25
La Galerie du temps / Grande galerie du Louvre-Lens

La Galerie du temps / Grande galerie du Louvre-Lens

© Musée du Louvre-Lens / Philippe Chancel© Kazuyo Sejima + Ryue Nishizawa / SANAA,

A partir du 12 décembre, le public, et au premier titre celui du Nord-Pas-de-Calais, va pouvoir admirer dans la ville minière de Lens une quantité de chefs-d’œuvre du Louvre, installés dans la Grande galerie du nouveau musée pour une période de cinq ans

Le Louvre-Lens, antenne du grand musée parisien dans le Pas-de-Calais, sera inaugurée officiellement par le président de la République François Hollande le mardi 4 décembre avant d’ouvrir ses portes au public huit jours plus tard.

Parmi les chefs-d’œuvres qui vont séjourner quelque temps à Lens, on peut citer « La Liberté guidant le peuple » (1831) de Delacroix, le « Portrait de Louis-François Bertin » par Ingres, un « Saint Sébastien » du Pérugin ou le « Portrait de Baldassare Castiglione » de Raphaël.

Une exposition semi-permanente au coeur du Louvre Lens
La Grande galerie, appelée aussi la Galerie du temps, est le cœur du Louvre-Lens. Elle déploie 205 œuvres sur plus de 120 mètres de long et une surface de 3000 m2, de la naissance de l’écriture (vers 3500 avant JC) au milieu du 19e siècle, représentant toutes les civilisations et les techniques. Elles embrassent ainsi toute l’étendue chronologique et géographique des collections du musée du Louvre, et sont empruntées à tous ses départements.

Eugène Delacroix, Le 28 Juillet 1830. La Liberté guidant le peuple

Eugène Delacroix, Le 28 Juillet 1830. La Liberté guidant le peuple

© 2009 Musée du Louvre / Erich Lessing
 

Il n’y a pas de collection propre au Louvre-Lens, puisque les œuvres de la Grande galerie sont des œuvres du grand musée parisien. La présentation est semi-permanente : le public aura cinq ans pour les y voir. Le principe est qu’elles restent cinq ans à Lens, mais au départ, la rotation commencera dans un an, avec le remplacement d’un peu moins de 20% d’entre elles le 4 décembre 2013. Il s’agit de fidéliser un public régulier, et en particulier celui de la région, qui pourra découvrir tous les ans un parcours en partie renouvelé.

Une présentation chronologique
La présentation est chronologique, ce qui permet, à l’inverse de celle du Louvre, de confronter des œuvres produites à la même époque par des civilisations diverses. Le visiteur pourra, pour le 5e siècle avant JC, admirer l’art de la Grèce classique à côté de celui de l’Empire perse ou de l’Egypte des pharaons.

Saint Sébastien de Pietro di Cristoforo Vannucci, dit Le Pérugin (1450-1523) Vers 1490-1500, Musée du Louvre

Saint Sébastien de Pietro di Cristoforo Vannucci, dit Le Pérugin (1450-1523) Vers 1490-1500, Musée du Louvre

© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
De la même façon, la Renaissance réunit des artistes italiens, français, espagnols et d’Europe du nord. Pour les responsables du Louvre-Lens, cela permet « une nouvelle compréhension de l’histoire de l’art et de l’humanité ».

Au Louvre, l’organisation par départements géographiques ne permet pas aux œuvres d’univers différents de dialoguer. Là, « au lieu d'insister sur ce qui sépare, on insiste sur ce qui unit", déclarait Xavier Dectot, le directeur du Louvre-Lens, quand les premières œuvres sont arrivées, à la fin de l’été.

Des parcours thématiques (portrait, paysage, représentation du pouvoir ou du fait religieux) complètent le parcours chronologique.

Carreau à scène chrétienne et décor de ligne noire Iran, 17e siècle céramique Musée du Louvre, département des Arts de l’Islam

Carreau à scène chrétienne et décor de ligne noire Iran, 17e siècle céramique Musée du Louvre, département des Arts de l’Islam

© 2005 Musée du Louvre / Claire Tabbagh
De la Grèce antique à Fragonard
La Grande galerie est divisée en trois séquences, Antiquité (70 œuvres en 12 thématiques), le Moyen-Age (45 œuvres en 7 thématiques) et les Temps modernes (90 œuvres en 9 thématiques).

La première présente entre autres des statuettes de l’île de Syros (Cyclades) du 3e millénaire avant JC, une figurine en bois égyptienne représentant une chanteuse du dieu Min, une statue d’athlète grec, copie d’un bronze du 5e siècle avant JC…

La séquence médiévale propose des œuvres byzantines comme un fragment de mosaïque du 11e siècle, venu d’Italie, des œuvres gothiques…

Georges de La Tour, La Madeleine à la veilleuse, vers 1640-1645, Musée du Louvre, département des Peintures

Georges de La Tour, La Madeleine à la veilleuse, vers 1640-1645, Musée du Louvre, département des Peintures

© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
La partie consacrée à l’art moderne, la plus importante, offre des œuvres de la Renaissance (Raphaël, Fra Angelico, Le Pérugin…), des empires modernes de l’Islam, de l’Europe baroque (Georges de La Tour…), du temps des Lumières, avec le fameux portrait de Diderot de Fragonard, dont on a découvert récemment qu’il ne s’agit pas de Diderot.

Une première exposition temporaire consacrée à la Renaissance
La Grande galerie est complétée par deux espaces d’expositions temporaires. Le Pavillon de verre offrira des expositions thématiques annuelles en complément de la galerie principale. Elles s’appuieront sur les collections du Louvre et aussi sur celles des musées de la région. La première exposition est consacrée à la perception du temps.

Le Pavillon de verre est aussi le lieu du musée qui sera ouvert sur l’art contemporain.

Filippino Lippi (1457-1504), Trois scènes de l'histoire de Virginie, Musée du Louvre

Filippino Lippi (1457-1504), Trois scènes de l'histoire de Virginie, Musée du Louvre

© RMN (Musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
Enfin, la galerie d’exposition temporaire va proposer tous les ans deux grandes expositions temporaires qui se veulent d’envergure internationale. Elles mettront en perspective, alternativement, une époque, un lieu ou un thème transversal de l’histoire de l’art.

La première, qui s’annonce passionnante, est consacrée à la Renaissance, avec 250 œuvres, essentiellement du Louvre. On y verra des chefs-d’œuvre comme la « Sainte Anne » de Léonard de Vinci, « Vénus debout dans un paysage » de Cranach, le « Portrait d’Erasme de profil » d’Holbein, « La Décollation de Saint Jean Baptiste et le banquet d’Hérode » de Fra Angelico, ainsi que des dessins de Michel-Ange, Raphaël, Paolo Uccello ou Pisanello.

Louvre-Lens, rue Paul Bert ou rue Georges Bernanos, Lens
Tous les jours sauf le mardi et le 1er mai, 10h-18h
nocturnes jusqu’à 22h le premier vendredi du mois de septembre à juin
L’entrée de la Grande galerie et du Pavillon de verre est gratuite jusqu’à fin 2013
Galerie d’exposition temporaire : 9€ / 8€ (gratuit pour les moins de 18 ans, les scolaires et leurs accompagnateurs, les bénéficiaires du RSA, les demandeurs d’emploi, les handicapés