Le fascinant bassin musical de Céleste Boursier-Mougenot au Centre Pompidou Metz

Par @OlivierFlandin
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/06/2015 à 11H54
"Clinamen" de Céleste Boursier-Mougenot vu de haut

"Clinamen" de Céleste Boursier-Mougenot vu de haut

Artiste visuel et sonore très actif, l’actuel représentant de la France à la Biennale d’art contemporain de Venise promène ses œuvres un peu partout dans le monde. Il investit en ce moment le forum du Centre Pompidou Metz avec une énigmatique piscine à bols, jusqu’au 28 septembre 2015

Alors qu'à Venise ses arbres mobiles composent de la musique à partir de courants électriques, c’est avec de l’eau que Céleste Boursier-Mougenot diffuse ses étranges mélodies au cœur du Centre Pompidou Metz.

Sous l’effet d’un léger courant, des bols se percutent et inondent les lieux d’une musique qui rappelle celle “des bols chantants“ des régions de l’Himalaya utilisés pour des cérémonies d’offrandes et de médiations. Malgré les apparences, rien n’est ici laissé au hasard, le processus de composition de ces piscines, nées dans l’appartement de l’artiste, est très élaboré.

Reportage : G.Boileau, E.André, J-M. Nidercorn


Surnommé "the birdman of Paris", Céleste Boursier-Mougenot est aussi connu pour sa poétique œuvre aux oiseaux : une soixantaine de mandarins qui produisent leur propre musique quand ils se posent sur les cordes de guitares et des basse électriques qui leur servent de perchoirs.


Très demandé, l’artiste a également exposé il y a quelques mois  ses "Perturbations"  aux Abattoirs de Toulouse, avec des pianos baladeurs qui se frôlent, se poursuivent et s'entrechoquent, et une batterie soumise à une averse de rayons cosmiques.


Enfant, l'artiste "aimait la compagnie des instruments" et "était fasciné par le geste à l'origine de la production du son". A 18 ans, il s'est essayé au punk-rock, puis il fut compositeur de musiques de théâtre avant de choisir de s’exprimer musicalement de manière plus aléatoire et “vivante“, au rythme de ses installations poétiques, de ses oiseaux, du vent, du courant et de l’eau.

Clinamen v.2 de Céleste Boursier-Mougenot au Centre Pompidou Metz jusqu’au 28 septembre.