La résidence estivale du pape, Castel Gandolfo, désormais ouverte au public

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/10/2016 à 13H42
La résidence pontificale de Castel Gandolfo.

La résidence pontificale de Castel Gandolfo.

© Chris Wallberg / picture alliance / DPA

Le Vatican a dévoilé le 21 octobre les appartements privés du palais d'été des papes à Castel Gandolfo, près de Rome, transformés en musée à la demande du pape François qui n'y a jamais séjourné en trois ans et demi de pontificat.

François, qui dès le lendemain de son élection a dénoncé une Eglise "mondaine", n'a de cesse de fustiger le scandale de la pauvreté dans le monde. Il avait déjà ouvert les jardins à l'italienne de la "Villa Barberini" de Castel Gandolfo en 2014, par le biais de visites guidées par groupes, sur réservation.

Le pape François renonce à Castel Gandolfo

Depuis un an, il était également possible pour les touristes de s'y rendre à bord d'un train à l'ancienne depuis la gare de la Cité du Vatican et de visiter une galerie présentant les portraits de 51 papes. François, anti-vacances, ouvertement casanier dans son modeste 50m2 d'une  résidence du Vatican, a désormais renoncé définitivement à dormir à Castel Gandolfo, où il est venu deux fois en coup de vent. Son absence n'est historiquement pas exceptionnelle, tempère Antonio Paolucci, directeur des musées du Vatican, en précisant que plus de la moitié des 33 papes qui auraient pu y dormir ont boudé les lieux. Rien n'interdirait donc à ses successeurs d'y revenir.
A l'intérieur des appartements privés du pape à Castel Gandolfo.

A l'intérieur des appartements privés du pape à Castel Gandolfo.

© ALBERTO PIZZOLI / AFP

La visite inédite, accessible au public à partir de ce samedi 22 octobre, permet pour la  première fois de lever un petit coin de voile sur une sphère plus intime de la papauté.

Un lieu profondément habité par le présence de Benoît XVI

Dans ces appartements du deuxième étage, on décèle encore l'ombre des séjours fréquents du pape émérite Benoît XVI, dans le bureau où sont alignés douze volumes d'un lexique théologique en allemand... Il aimait s'y reposer et jouer au piano.
31 juillet 2005 : la prière de l'Angélus est dite par le pape Benoît XVI depuis le balcon de la résidence d'été de Castel Gandolfo.

31 juillet 2005 : la prière de l'Angélus est dite par le pape Benoît XVI depuis le balcon de la résidence d'été de Castel Gandolfo.

© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Le pontife allemand, premier pape en sept siècles à démissionner en 2013, s'était envolé pour Castel Gandolfo après cette annonce fracassante. C'est là aussi qu'il fit son dernier salut de pape depuis le balcon donnant sur la petite place du village. Il y avait encore cherché la fraîcheur deux semaines en juillet 2015 à l'invitation de François, admirant une dernière fois le lac d'Albano en contrebas du palais perché sur une colline. Avant lui, le pape polonais Jean Paul II (1978-2005) y passait de longues vacances et fit même construire une petite piscine dans les jardins. 
La chambre à coucher du pape à Castel Gandolfo

La chambre à coucher du pape à Castel Gandolfo

© ALBERTO PIZZOLI / AFP

Très attendue dans la visite, la chambre à coucher du palais pontifical, tentures vert pâle, où ont dormi 15 papes, comprend un lit simple à ferrures dorées et deux tables de chevet en bois et marbre. Elle est attenante à une chapelle privée où se sont agenouillés de nombreuses générations de papes.

La grande histoire se mélange avec la petite

C'est dans la chambre de taille moyenne, havre plus chaleureux que l'on découvre après une succession de salles protocolaires relativement dépouillées, que sont décédés deux papes : Pie XII en 1958 et Paul VI en 1978. "Ici, la grande histoire se mélange avec la petite histoire", décrit-il avec emphase Osvaldo Gianoli, directeur des Villas pontificales.

Saverio Petrillo - qui a passé 56 ans au service de sept papes et des maisons pontificales de Castel Gandolfo jusqu'en mars 2014 - a notamment raconté comment Jean XXIII (1958-1963) s'éclipsait discrètement au volant d'une voiture, sans escorte, visiter les châteaux des alentours, manquant presque un jour l'heure de l'Angelus.

"Les enfants du pape"

Les lieux ont déjà été ouverts au public durant la période troublée de la fin de la Seconde guerre mondiale. Quelque 12.000 habitants des alentours avaient trouvé refuge dans la propriété de 55 hectares, au statut extra-territorial, comme en attestent quelques clichés en noir et blanc affichés au détour de la visite.

La chambre à coucher du pape fut provisoirement transformée en pouponnière, où naquirent une quarantaine de bébés parfois précisément sur le lit du pontife. D'où leur surnom "d'enfants du pape" et leurs prénoms masculins Eugenio ou Pio, en l'honneur de Pie XII. "L'ouverture des appartements privés a une valeur symbolique et représente la politique pastorale du pape François", a estimé Osvaldo Gianoli, directeur des Villas pontificales, lors de la cérémonie d'inauguration le 21 octobre.