La Nuit Blanche 2015 dévoile sa programmation

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/09/2015 à 20H08
La vague bleue "Waterlicht" de Daan Roosegaarde donnera l'impression de marcher sous le niveau de la mer au parc Clichy-Batignolles.

La vague bleue "Waterlicht" de Daan Roosegaarde donnera l'impression de marcher sous le niveau de la mer au parc Clichy-Batignolles.

© Daan Roosegaarde

Fonte des glaces, immersion sous le niveau de la mer et autres rideaux de pluie : la 14e édition de la Nuit Blanche parisienne 2015, programmée pour le 3 octobre, sera placée sous le signe du changement climatique et annoncera artistiquement la COP 21 - la conférence des Nations unies sur le climat qui se tiendra à la fin de l'année dans la capitale.

"Pour la première fois, nous avons souhaité donner à cette Nuit Blanche une thématique: celle de la COP 21. Il n'était pas évident que les plus grands artistes répondent à cette sollicitation, mais nous avons reçu des propositions magnifiques et politiquement très fortes", s'est félicité lundi l'adjoint en charge de la Culture Bruno Julliard (PS), au cours d'une conférence de presse lundi au Centquatre (XIXe).

Les plasticiens Anish Kapoor et Berlinde de Bruyckere s'associeront notamment pour montrer au Centquatre une oeuvre puissante et dérangeante sur le thème de la disparition.

La rive droite à l'honneur

Autre particularité de cette 14e édition: l'incursion dans des territoires en pleine mutation du nord de la ville, avec un parcours reliant le Parc Monceau à la Porte de Clignancourt, via la Petite Ceinture, et un autre la gare du Nord à Aubervilliers, le tout relié par une "Tangente" traversant les quartiers populaires du XVIIIe arrondissement.

A Aubervilliers, sur l'esplanade du Millénaire, la plasticienne Félicie d'Estienne d'Orves et la musicienne Julie Rousse inviteront à observer et écouter "en temps réel" les étoiles.

Le parcours "In" proposera en tout 23 projets souvent monumentaux et en extérieur, et le "Off" 106 projets à l'initiative d'institutions, d'artistes, d'associations, a précisé le directeur artistique de la manifestation, José-Manuel Gonçalvès, également directeur du Centquatre.

Fonte des glaces

Emblématique du thème choisi, l'installation "Ice Monument" du Chinois installé en France, Zhenchen Liu: elle donnera à voir 270 blocs de glace colorés d'un mètre de haut se liquéfiant tout au long de la nuit pour former un immense tableau abstrait sur le parvis de l'Hôtel de Ville.

Fonte des glaces toujours, pour l'installation "Maison Fond", du maître de l'illusion Leandro Erlich, figurant un immeuble parisien s'affaissant sous l'effet du réchauffement climatique. Financée dans le cadre du budget participatif 2014 de la Ville, cette oeuvre restera de manière pérenne sur le parvis de la gare du Nord.

Montée des eaux, nuages et pluie

Au parc Clichy-Batignolles, les promeneurs auront l'impression de marcher sous le niveau de la mer grâce à une vague bleue flottant à trois mètres du sol ("Waterlicht" de Daan Roosegaarde), symbole d'une éventuelle montée des eaux.

Rue de l'Aqueduc ils devront traverser un rideau de pluie servant de support à des messages éphémères ("Bit.Fall" de Julius Popp) et ils apercevront depuis la petite ceinture un homme sautant dans un nuage perché à 10 mètres de hauteur (performance de Stéphane Ricordel).

Cette Nuit blanche, gratuite comme chaque année et avec pour ambition de rendre l'art accessible à tous, connaîtra une nouvelle fois des déclinaisons en banlieue parisienne, en province et dans le monde. Le budget que lui alloue la mairie de Paris s'élève à 1,2 million d'euros, auxquels s'ajoutent 400.000 euros pris sur le budget participatif.