La maison René Char fait débat à l'Isle sur la Sorgue

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/01/2010 à 13H30
La maison René Char fait débat à l'Isle sur la Sorgue

La maison René Char fait débat à l'Isle sur la Sorgue

© Culturebox

La municipalité et la veuve du poète sont en désaccord sur l'esprit du lieu culturel : la   maison René Char  va donc être vidée de son contenu. Marie-Claude Char a décidé de retirer le fonds permanent, exposé à l'Isle sur la Sorgue ( 84 ) , la ville natale de l'auteur de "Fureur et mystère".

Dans "Fureur et mystère", un recueil de poèmes publié en 1948, c'est le Capitaine Alexandre qui s'exprime : le nom de code du capitaine de maquis que fut René Char  pendant l'Occupation. Membre actif de la Résistance dans les Alpes du sud, René Char s'est refusé à publier pendant la seconde guerre mondiale, mais pas à écrire. Résultat : cinq "livres" composent ce recueil : Seuls demeurent, Feuillets d'Hypnos, Les Loyaux Adversaires, Le Poème pulvérisé et La Fontaine narrative. Un ensemble capital qui reflète l'essence du style René Char : un concentré de sa pensée sur la condition humaine, dénué des fioritures de langage et de rhétorique. Ainsi peut-on lire dans les Feuillets d'Hypnos : "un homme sans défaut est une montagne sans crevasses. Il ne m'intéresse pas". Notons encore cette citation, qui prend du relief dans le contexte de la polémique sur le lieu d'exposition qui lui est dédié à l'Isle sur la Sorgue : "un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver."  (La Parole en Archipel, 1962).