La cote inespérée de l'art latino américain fait monter les enchères de New York

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/11/2016 à 11H33
"Sandias" (pastèques) de Rufino Tamayo, adjugée le 23 novembre pour 2,1 million de dollars est l'une des très belles ventes des enchères de Christie's, à New York.
.

"Sandias" (pastèques) de Rufino Tamayo, adjugée le 23 novembre pour 2,1 million de dollars est l'une des très belles ventes des enchères de Christie's, à New York.
.

© BRYAN R. SMITH / AFP

Fernando Botero, mais aussi Diego Rivera, Rufino Tamayo, Wilfredo Lam, Sergio Camaro, ou encore Mariano Rodriguez : ces artistes ont de plus en plus la cote. Témoignage d'un intérêt international grandissant pour l'art latino américain, la grande vente aux enchères qui lui a été consacré à New York les 22 et 23 novembre, a permis de récolter quelque 22,7 millions de dollars, selon Christie's.

C'est l'une des plus importantes ventes jamais organisées sur l'art latino, celle qui a eu lieu les 22 et 23 novembre chez Christie's à New York.

Botero, Tamayo, Rivera, Lam, Camaro, Rodriguez parmi les mieux cotés

Parmi les vedettes de la vente : "Sandias" (Pastèques), une nature morte de 1969 toute en variations de rouge du peintre mexicain Rufino Tamayo, adjugée le 23 novembre pour 2,1 million de dollars, au-dessus de son estimation initiale de 1,8 million. Une oeuvre abstraite, "Untitled", de Sergio Camaro, s'est vendue 1,5 million de dollars. Et "A Family", du Colombien Fernando Botero, qui représente une famille aux formes rondes chères à l'artiste, est partie pour 1,26 millions  de dollars.

"A Family", du Colombien Fernando Botero.

"A Family", du Colombien Fernando Botero.

© Bryan R. Smith / AFP

"La Rocca" de Botero.

"La Rocca" de Botero.

© Bryan R. Smith / AFP

Les oeuvres cubaines ont été particulièrement mises en valeur : un "Combat  de coqs", du Cubain Mariano Rodriguez, a été adjugé mardi pour 1,087 million de  dollars, un record pour cet artiste. Six autres artistes de l'île ont atteint des records lors de cette vente.
Exposition des oeuvres d'art latino-américain avant la vente qui a eu lieu chez Christie's, à New York, les 22 et 23 novembre 2016.

Exposition des oeuvres d'art latino-américain avant la vente qui a eu lieu chez Christie's, à New York, les 22 et 23 novembre 2016.

© Bryan R. Smith / AFP

Le marché de l'art latino-américain s'internationalise

Au total, quelque 300 lots étaient à prendre, venus de grandes collections privées, dont celle du grand ténor espagnol Placido Domingo et de sa femme Marta. L'un des collectionneurs, un Cubano-Américain resté anonyme, a fourni à lui seul une quarantaine d'oeuvres cubaines, rassemblées au cours des 30 dernières années.
"Nino Jesus Sanchez" de Diego Rivera à la vente chez Christie's.

"Nino Jesus Sanchez" de Diego Rivera à la vente chez Christie's.

© Bryan R. Smith / AFP

Même si on est encore loin des prix de vente atteints pour les grands noms de l'art européen ou américain, le marché pour l'art latino-américain, autrefois limité à une audience régionale, "s'est beaucoup élargi et devient de plus en plus un marché international", a souligné Marisol Nieves, spécialiste de l'art latino chez Christie's.