L'hommage à Rudy Ricciotti, architecte du MuCem

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/02/2014 à 16H30
Rudy Ricciotti au MucCem, MArseille, 3 juin 2013

Rudy Ricciotti au MucCem, MArseille, 3 juin 2013

© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Rudy Ricciotti est un architecte en béton armé. Même s'il n'a pas son pareil pour créer la controverse, il faut bien reconnaître que le MuCem sa dernière création, est une véritable réussite. La Friche de la Belle-de-mai à Marseille rend hommage à son travail à travers une exposition qui met le béton, sa matière de prédilection en avant. C'est à découvrir jusqu'au 18 mai 2014.

Grand Prix national de l’architecture en 2006, Rudy Ricciotti n’a eu de cesse d’expérimenter les possibilités offertes par le béton. L’exposition met en valeur ce travail, de la passerelle du Pont du Diable à Gignac au grand escalier du département des Arts de l’Islam au cœur du musée du Louvre. Moules de production et éléments de construction sont présentés à l’échelle 1, en contrepoint de grandes images en mouvement des projets construits et à venir.

Reportage : L. Moreau / F. di Cesare / J-P. Malet 

Le béton 

Fils de maçon italien, ce n'est pas un hasard si Rudy Ricciotti avoue préférer le béton qui l’inspire à l'acier. Une matière difficile à travailler et qui donne des ouvrages qui s’enracine dans la terre. Il a donc fait du béton sa matière de prédilection, améliorant sans cesse les possibilités du matériau.

Aujourd'hui, le MuCem lui donne raison, mais en 1994, le stadium de Vitrolles, sa première grande oeuvre a été l'objet de vives critiques. Un Ricciotti bashing dirait-on aujourd'hui. Un cube de béton longtemps laissé à l'abandon. Un projet que Rudy Ricciotti a largement défendu à l'époque. Et en y regardant de plus près, on trouve déjà dans cet esthétique, des idées qui se retrouvent au MuCem aujourd'hui.

Le stadium de Vitrolles expliqué par Rudy Ricciotti sur You Tube :

Rudy Ricciotti, architecte controversé

"Je n'envisage pas de fabriquer de sympathie. Je ne fais pas ce que je veux, je fais ce que je peux". En quelques mots tout est dit. Rudy Ricciotti, architecte controversé n'a que faire des critiques. Il faut dire que ce natif d'Alger, "avec l'accent du sud, et une gueule de métèque" a su se faire une place parmi les plus grands. Et il ne laisse pas ses détracteurs indifférents.

A nos confrères du Figaro, il confie que "ce sont ceux qui ne le connaissent pas qui le détestent d'emblée, à savoir davantage les hommes que les femmes, moins lâches et plus subtiles". Une énième provocation de l'architecte qui se dit incompris. Dans un autre article pour le journal Le Monde, Rudy Ricciotti dit avoir "l'usage des mots", et encore davantage celui de l'écriture. Il a "surtout, précise-t-il, l'incroyable vulgarité de dire ce qu'[il] pense". Une liberté qui selon lui n'est pas du goût de tous. Peu importe. Cette gouaille méditerranéenne est devenu sa marque de fabrique. Il aime s'ancrer dans le sud et il l'assume. Cette gouaille fait sa différence avec les autres architectes de la planète. Et pour créer sa société il n'a pas choisi Paris, Londres ou New York mais Bandol-sur-Mer, petite station balnéaire à quelques kilomètres de Marseille. 

Hommage à Rudy Ricciotti
La Friche de la Belle de mai
Marseille
Jusqu'au 18 mai 2014