L'histoire d'Hello Kitty et son influence sur la culture pop

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/10/2014 à 15H07
Première rétrospective du personnage Hello Kitty à Los Angeles

Première rétrospective du personnage Hello Kitty à Los Angeles

© FREDERIC J. BROWN / AFP

Le personnage adulé des petites filles du monde entier, Hello Kitty, son univers rose bonbon aux mille déclinaisons marketing et aux milliards de dollars de recettes, sont les stars d'une exposition à Los Angeles.

"Hello! Exploring the Supercute World of Hello Kitty" (Bonjour! Exploration du monde super mignon de Hello Kitty) est la première rétrospective aux Etats-Unis consacrée à ce personnage aux allures de petite chatte coiffée d'un noeud.

L'exposition, qui s'est ouverte ce week-end au Japanese American National Museum de Los Angeles, explore "l'histoire colorée de Hello Kitty et son influence sur la culture pop", indique le musée dans un communiqué.
Une rétrospective Hello Kitty à Los Angeles

Une rétrospective Hello Kitty à Los Angeles

© FREDERIC J. BROWN / AFP
Elle met en scène toute une série de produits dérivés les plus éclectiques, de la gomme au grille-pain en passant par le rideau de douche et la robe haute-couture, issus des archives de la firme nippone Sanrio, créatrice de cet empire du mignon. Hello Kitty, qui fête ses 40 ans cette année, "ne vieillit pas, elle reste une petite fille qui se trouve aussi être un chat", a commenté auprès de l'AFP Jamie Rivadeneira, propriétaire du magasin "JapanLA", et commissaire de l'exposition.

"Kawaï"

Elle symbolise plus que tout le "style de vie 'mignon'", ou "kawaï" en japonais, qui imprègne la culture de l'archipel nippon. Sanrio avait créé l'émoi auprès des fans du personnage blanc et rose dans le monde entier en révélant fin août que, malgré ses moustaches et ses oreilles pointues, Hello Kitty n'était pas une chatonne (kitten en anglais) mais "une petite fille joyeuse et heureuse avec un coeur en or".

Pour preuve, Sanrio avait fait remarquer que Hello Kitty avait elle-même son animal de compagnie, un petit chat surnommé Charmmy Kitty. Pour Christine Yano, professeur d'anthropologie à l'Université Harvard et autre commissaire de l'exposition, l'attrait de Hello Kitty va bien au-delà des petites filles.

"Son attrait est tellement vaste, il inclut les femmes adultes, et je pense que la clé en est la simplicité du message et la simplicité de son design". Chatonne ou petite-fille, la créature anthropomorphique est en tout cas une formidable poule aux oeufs d'or pour Sanrio, avec des recettes estimées entre 5 et 7 milliards de dollars par an.