L'Hermione revient en France

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/08/2015 à 16H49
L'Hermione à son arrivée au port de Saint-Pierre, à Saint-Pierre-et-Miquelon (23 juillet 2015)

L'Hermione à son arrivée au port de Saint-Pierre, à Saint-Pierre-et-Miquelon (23 juillet 2015)

© Jean-Christophe L'Espagnol / AFP

Pas loin de quatre mois après son départ des côtes françaises, L'Hermione, réplique exacte du trois-mâts de La Fayette, revient lundi à Brest de son périple américain, après avoir été la star de la parade nautique de New York organisée à l'occasion de la fête nationale des États-Unis.

Le majestueux navire doit apparaître dans la rade de Brest lundi en début d'après-midi avant d'accoster au coeur du port finistérien. Il y restera jusqu'au 17 août, une semaine au cours de laquelle sera fêtée la fin de sa première aventure transatlantique.

"Coup de tabac"

Après les célébrations qui se sont succédé sur la côté Est de l'Amérique du Nord du début du mois de juin à la mi-juillet, l'équipage a vécu, ce qui n'était pas prévu, un retour un peu mouvementé, avec une reconstitution, grandeur nature, d'un "coup de tabac" tel qu'on pouvait le vivre sur ces navires il y a un peu plus de deux siècles.

Au départ de Saint-Pierre et Miquelon, dernière escale avant Brest, une dépression était annoncée. Elle était même espérée par l'équipage "afin de propulser la frégate vers les côtes françaises", souligne le journal de bord mis en ligne par l'organisation. Mais la dépression tourne à l'ouragan avec des vents prévus de 70 noeuds (130 km/h) et des rafales entre 110 et 120 noeuds.

Sur le pont, c'est le "branle-bas de combat", poursuit le journal de bord. Heureusement, un nouveau bulletin météo requalifie l'ouragan en tempête et gros coup de vent. L'équipage affronte toutefois une houle de "7 mètres établis au plus fort", le bateau atteignant une vitesse record de 13,3 noeuds, soit plus de 24 km/h pour ce bateau de plus de 1.200 tonnes.

L'Hermione face à la tempête (journal de bord du 2 août 2015)

Symbole d'une amitié plus que bicentenaire

Copie conforme du trois-mâts à bord duquel le marquis de La Fayette était allé en 1780 apporter le soutien de la France aux insurgés américains contre l'Angleterre, L'Hermione, symbole de l'amitié franco-américaine, avait quitté l'île d'Aix le 18 avril dernier, en présence du président François Hollande.

Destination : les États-Unis et en particulier New York, où l'élégante frégate était l'invitée d'honneur de la parade nautique organisée à l'occasion de la fête nationale américaine, célébrant l'indépendance du pays le 4 juillet 1776. Pendant les trois jours de festivités, des milliers de personnes ont pu visiter le bateau amarré au pied des gratte-ciel au sud de Manhattan.

Dix-huit escales

Au total, l'aventure aura été rythmée par dix-huit escales. Et 177 personnes y auront participé, 17 marins professionnels et 160 matelots volontaires, embarquant par rotations lors des escales.

Lorsque L'Hermione arrivera à Brest, quelque 80 personnes seront à bord, dont plus de 60 volontaires. Au terme de cette escale, le trois-mâts prendra la direction de Bordeaux, avant de regagner son port d'attache, Rochefort, en Charente-Maritime.

> Le Journal de bord de L'Hermione en vidéo ici