"Processumenti" : l’artiste David Raffini sème ses œuvres sur son Ile de Beauté natale

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/08/2017 à 14H46, publié le 31/08/2017 à 14H41
David Raffini joue avec les matières, les formes et les références à l'art.  

David Raffini joue avec les matières, les formes et les références à l'art.  

© Capture d'image France 3/Culturebox

David Raffini, figure montante de l’art contemporain, expose quelques-unes de ses œuvres au Fond Régional d’Art Contemporain, à Corte. Un retour sur ses terres pour ce natif de Corse. L'exposition "Processumenti", se poursuit jusqu'au 20 octobre 2017.

David Raffini, c’est un peu l’enfant du pays qui a réussi. Cet artiste de 35 ans né à Bastia a déjà à son actif de nombreuses expositions en France et à l’étranger, dans des lieux prestigieux comme le Centre Georges Pompidou. Aujourd’hui, Il revient sur son Ile de Beauté pour une exposition au Frac, au cœur de la citadelle de Corte.

Reportage : D. Leoni / M. Fiamma / W. Martini
L’exposition s’appelle "Processumenti". Un mot inventé, né d’une rencontre entre "procès" et "sumenti", les semences. L’artiste plasticien David Raffini a en quelque sorte égrainé ses œuvres à l’intérieur du Frac et à l’extérieur, sur l’esplanade. "Il a des pièces grandioses qui prennent le pas sur le lieu. Et du coup, même le lieu est absent. Et c’est une des qualités de l’exposition" s’enthousiasme l’artiste plasticien Eli Cristiani, présent au vernissage.
Les Martyrs, 2017 - Land Escape, 2014

Les Martyrs, 2017 - Land Escape, 2014

© David Raffini
Effectivement les œuvres de David Raffini sont imposantes. L’exposition s’ouvre d’ailleurs sur une installation monumentale, un hangar abandonné dans la nature que l’artiste a déplacé. "Cela a toujours à voir avec un travail qui implique un regard sur la réalité. Ça peut être des choses qui font partie d’un paysage, (…) qui passent par le filtre de l’atelier et qui sont ensuite réinjectées dans un lieu d’exposition" explique David Raffini quand il parle de son travail artistique.
Already made, bergerie, 2017, le hangar abandonné qui ouvre l'exposition 

Already made, bergerie, 2017, le hangar abandonné qui ouvre l'exposition 

© David Raffini
Manipuler, plier, transformer la matière, c’est la marque de fabrique de David Raffini. Peinture, sculpture… l’artiste travaille sur toutes sortes de support.  D'ailleurs le mouvement artistique "Support Surface" qui, dans les années 70, accordait plus d'importance au matériau et au geste qu'au sujet de l'œuvre est une des références de David Raffini.