"L'Arsène Lupin alsacien", pilleur de musées, retourne en prison

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/06/2013 à 12H27
Stéphane Breitwieser et son avocat Me Thierry Moser au tribunal de Strasbourg en janvier 2005

Stéphane Breitwieser et son avocat Me Thierry Moser au tribunal de Strasbourg en janvier 2005

© FREDERICK FLORIN / AFP

Le "pilleur de musées" Stéphane Breitwieser a une nouvelle fois été condamné lundi à Strasbourg, à trois ans de prison pour huit nouveaux vols de statuettes et tableaux, a indiqué le parquet mardi.

Fier de son Bruegel
Celui qui a parfois été surnommé "l'Arsène Lupin alsacien" comparaissait pour le vol d'oeuvres exposées en prévision de ventes chez des commissaires priseurs ou galeristes en France, Allemagne et Belgique, notamment un vase Gallé dérobé en 2007. Certaines pièces n'ont pas été retrouvées, mais d'autres ont été découvertes à son domicile de Marmoutier (Bas-Rhin), en 2011. Un tableau de l'école de Bruegel, volé à Namur (Belgique) en 2009, a été retrouvé roulé dans une plinthe du garage de sa grand-mère.
"Il était fier de montrer son Bruegel quand il a été interpellé en 2011", a relaté la vice-procureure Annyvonne Balança, précisant qu'il avait "reconnu six vols sur huit". Mis en détention provisoire en avril 2011, l'homme de 41 ans avait été libéré en 2012 et placé sous contrôle judiciaire. 
Il a été écroué lundi à Strasbourg à l'issue de l'audience, condamné pour vol en état de récidive légale et organisation de son insolvabilité. "Il s'est rendu insolvable" en n'enregistrant pas à son nom les revenus de son activité de négociant d'art, alors qu'il devait plusieurs milliers d'euros d'indemnisation à des parties civiles à la suite de condamnations antérieures, a indiqué Mme Balança. 
Stéphane Breitwieser mis en examen en 2011
245 oeuvres volés reconnues
Déjà arrêté en Suisse fin 2001, Stéphane Breitwieser avait été condamné dans ce pays à quatre ans de prison en 2003, puis à trois ans dont dix mois avec sursis en France en 2005. Il avait été libéré en octobre 2005. Au total, il a reconnu devant la justice le vol de 245 oeuvres d'art, d'une valeur supérieure à dix millions d'euros, dans sept pays entre 1995 et 2001.
Petit-neveu du peintre alsacien Robert Breitwieser (1889-1975), Stéphane Breitwieser avait défrayé la chronique en reconnaissant au début des années 2000 le vol de centaines d'oeuvres dans divers musées et châteaux européens. Dans "Confessions d'un voleur d'art", livre paru en 2006, il affirmait avoir dérobé quelque 300 oeuvres.
Après son arrestation en 2001 en Suisse, sa mère avait jeté une centaine de pièces dans le canal Rhin-Rhône, pour la plupart repêchées, et détruit des oeuvres dont un Cranach (XVIe) et un Bruegel (XVIIe).
Passionné d'art, Breitwieser a toujours assuré qu'il n'avait jamais volé d'oeuvres d'art dans le but de les revendre, mais par engouement, ayant baigné depuis son enfance dans le monde des antiquités.